Le psychiatre Pierre Mailloux

Le Doc Mailloux pourrait de nouveau traiter des ados

Le psychiatre Pierre Mailloux pourrait recommencer à traiter des adolescents d’ici quelques semaines. Le conseil de discipline du Collège des Médecins accueille favorablement sa demande en pareille matière et recommande au conseil d’administration dudit collège de lever la limitation permanente imposée au célèbre psychiatre concernant cette catégorie de patients.

Le docteur Mailloux peut librement pratiquer auprès des adultes et des personnes âgées. En mars, il était devant le conseil de discipline pour vendre sa salade afin de reprendre son droit de pratique pour les patients âgés de 13 à 17 ans.

En entrevue mercredi au Nouvelliste, le docteur Mailloux mentionne que le conseil de discipline se range de son côté.

«Le conseil de discipline dit que la protection du public n’a jamais été menacée. Je suis en pleine pratique depuis le 18 avril 2018. Ça fait un an que je refais la même chose avec les adultes et je n’ai aucune plainte de diagnostic ou de traitement. Donc, si je n’ai pas de plainte et que je fais la même chose qu’avant (dans sa pratique), c’est difficile de justifier le fait de m’empêcher de traiter des adolescents de 13 à 17 ans. Et depuis quelques années, il y a deux antipsychotiques qui sont reconnus pour le traitement des psychoses chez les adolescents, ce que je faisais avant d’être limité. Autrement dit, j’étais un avant-gardiste et pas un délinquant.»

La recommandation doit être entérinée par le conseil d’administration du Collège des médecins avant que Pierre Mailloux retrouve son droit de pratique auprès des 13-17 ans. Cette étape peut prendre quelques semaines. Voilà pourquoi Pierre Mailloux est satisfait d’avoir gagné cette manche, mais demeure prudent dans ses réactions.

«Je ne serai pas trop triomphaliste tant qu’on n’a pas la réponse du conseil d’administration. Ce serait plus qu’étonnant que le conseil aille à l’encontre du conseil de discipline, surtout que la décision du conseil de discipline a 32 pages. C’est étoffé. C’est du travail sérieux et je leur en suis reconnaissant.»