Les malfaiteurs voulaient mettre la main sur un sac de hockey qui contenait 40000$.
Les malfaiteurs voulaient mettre la main sur un sac de hockey qui contenait 40000$.

Le butin: 40 000$ dans une «poche de hockey»

Le vol d’une mystérieuse «poche de hockey» remplie de 40 000$ en petites coupures a valu à un Gatinois de 29 ans une sentence de deux ans de prison, à Gatineau.

Le dossier de Kevin Boulianne-Soucy s’est réglé au palais de justice de Gatineau cette semaine. Selon la Couronne, M. Boulianne-Soucy et un complice ont fait irruption chez une dame dans la soixantaine pour lui faire vivre l’enfer sur Terre.

L’accusé du jour savait que la dame gardait cet argent pour son voisin d’en haut. La pauvre dame, qui a dit avoir caché le sac sous son lit sans toutefois en connaître le contenu, a été battue sauvagement lorsque le duo a fait irruption chez elle, dans le secteur Hull.

Les malfaiteurs l’ont même étouffée avec un oreiller.

Les policiers ont découvert un lit taché de sang, témoin de la violence des suspects.

L’avocat de M. Boulianne-Soucy, Me Sophie Cadieux, a réglé le dossier de son client en enregistrant un plaidoyer de culpabilité sur des chefs de vol qualifié et de tentative d’introduction par effraction.

Ce dernier chef est relié à la tentative du même duo de défoncer – sans succès – la porte du voisin d’en haut avant de prendre la fuite dans les environs de la rue Laramée.

Les malfaiteurs ont été rapidement arrêtés. Un agent a interpellé M. Boulianne-Soucy, qui transportait 8 000$ dans ses poches.

Doutes

À la fin de leur enquête, les policiers ont constaté que la somme d’argent était divisée en plusieurs «palettes» de 6 000$, elles-mêmes composées de billets de 20$ et de 50$.

Le propriétaire du sac de hockey contenant les 40 000$ aurait affirmé aux autorités que cette somme était celle qu’il avait réussi à économiser toute sa vie. Or, l’individu aurait été prestataire de l’aide sociale.

L’origine exacte de cette rondelette somme a semé le doute dans l’esprit du juge Valmont Beaulieu, qui a entendu l’affaire.

Le ministère public s’apprêterait d’ailleurs à confisquer cet argent.

Le présumé complice de M. Boulianne-Soucy, Nicolas Béliard-King, n’a toujours pas réglé son dossier judiciaire. Les deux hommes sont détenus depuis le 21 janvier.