L'annexe du Château Laurier pourra être construite

Deux ans et demi après avoir déposé sa toute première proposition, la firme propriétaire du Château Laurier obtient le feu vert pour la construction d’une annexe à l’arrière du bâtiment historique érigé en 1912.

La plus récente mouture du projet a été approuvée jeudi par le Comité de l’urbanisme de la Ville d’Ottawa, malgré les nombreuses critiques dont elle faisait l’objet, y compris de l’organisme Patrimoine Ottawa et du conseiller municipal du quartier, Mathieu Fleury.

Les élus qui siègent au comité ont voté à 8 contre 3 en faveur du cinquième concept architectural présenté par Larco Investments en mai. Seuls les conseillers Scott Moffatt, Jeff Leiper et Riley Brockington se sont rangés dans le camp opposé au projet d’agrandissement.

À LIRE AUSSI: Une motion de Fleury rejetée de justesse

>>> Le projet devrait aller de l'avant, même s'il ressemble à «un conteneur maritime»

>>> Le Château Laurier présente de nouveaux croquis, pour la sixième fois

Le consultant pour l’entreprise, Dennis Jacob, a applaudi la décision de la Ville, même s’il reconnaît que « ce n’est pas tout le monde qui est heureux ». 

« Nous sommes très contents du résultat, on a l’appui de l’administration municipale. Ça nous permet d’aller de l’avant et de finaliser les plans. [...] Ç’a été une longue route, mais notre client (Larco) veut travailler de près avec la communauté et la Ville afin de satisfaire tout le monde », a-t-il réagi.

Il reste des approbations mineures à obtenir auprès de la Commission de la capitale nationale (CCN) et de la Ville avant que les grues ne puissent s’activer sur le chantier dont la durée anticipée est de 30 mois. 

L’entreprise doit par exemple obtenir certaines autorisations auprès du Comité de dérogation. 

Advenant que ces approbations soient accordées rapidement, les travaux pourraient s’amorcer avant la fin de l’année, estime l’entreprise. 

Malgré cette décision, M. Fleury n’en démord pas : il voudrait ramener le sujet à la table du conseil et ultimement révoquer le permis en matière de patrimoine accordé par la Ville à la compagnie il y a un an. Le processus devrait alors être recommencé à zéro.

« Je ne suis pas surpris du résultat. J’ai discuté auprès de certains collègues pour leur faire réaliser la responsabilité que l’on a comme capitale. C’est pour ça que la CCN a été créée en premier lieu. Quand on te lancer une balle comme le Château Laurier, tu ne dois pas la manquer. Là, c’est plus qu’une fausse balle, c’est une empreinte. Si c’est bâti, les gens vont dire : mais qui a approuvé cela ? », lance-t-il.

L’élu souhaite trouver un mécanisme qui permettrait au conseil municipal de se prononcer sur le sujet et va même jusqu’à dire qu’il ne serait pas surpris de voir une agence fédérale s’ingérer dans le dossier.

« On verra si des collègues vont se rallier. Deux semaines, c’est long, en politique », ajoute-t-il.

Patrimoine Ottawa persiste et signe en disant que « le design reste fondamentalement antipathique et de forme incompatible avec l’hôtel emblématique ».

Le maire Jim Watson a indiqué par écrit qu’il appuyait la décision du Comité d’urbanisme. À la fin mai, il avait déclaré que le projet devait aller de l’avant même si, à son avis, la nouvelle annexe « ressemble à un conteneur maritime ».

Le projet approuvé comprend un bâtiment de sept étages, soit cinq de moins que dans la proposition initiale, ainsi qu’un stationnement souterrain de quatre étages, une cour intérieure et 147 chambres d’hôtel.