Comme pour son premier emploi dans la LNH à Tampa Bay, Guy Boucher est congédié au mois de mars de sa troisième saison, après que la première se soit aussi soldée par une participation à la finale de l’Est.

L’agonie de Boucher est finie

Guy Boucher était comme un prisonnier qui est condamné à mort, sachant fort bien qu’il allait se retrouver au chômage quand son contrat arriverait à échéance à la fin d’une deuxième saison désastreuse de suite.

Le directeur général Pierre Dorion a décidé de mettre fin à son agonie derrière le banc des Sénateurs vendredi matin en annonçant qu’il était relevé de ses fonctions alors que son principal adjoint, Marc Crawford, a été nommé entraîneur par intérim pour diriger le club lors de ses 18 derniers matches de la campagne.

Comme pour son premier emploi dans la LNH à Tampa Bay, Boucher est congédié au mois de mars de sa troisième saison, après que la première se soit aussi soldée par une participation à la finale de l’Est.

À LIRE AUSSI

Crawford succède à Boucher

Un pro

Dorion a indiqué en être arrivé à cette conclusion après la sixième défaite de suite des Sénateurs jeudi soir, 4-2 contre Edmonton, ce qui portait la fiche du club à 22-37-5, la pire de la LNH. Il a dormi là-dessus — un cynique dirait que c’était une autre version du «repos est une arme» si cher à Boucher — pour ensuite consulter le propriétaire Eugene Melnyk, puis annoncer sa décision au principal intéressé et aux joueurs avant la pratique de l’équipe au Centre Canadian Tire. 

«Je leur ai dit (aux joueurs) que notre jeu récemment a été inacceptable et qu’en allant de l’avant, je ne voulais plus d’excuses», a déclaré Dorion en conférence de presse.

Après la vente de feu qui a vu Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel (les trois meilleurs compteurs de l’équipe) être échangés en fin de semaine dernière, Dorion avait déclaré lundi qu’il attendrait à la fin de la saison pour prendre une décision concernant Boucher, vu qu’il lui avait «rendu la vie difficile» récemment. Est-ce qu’il y a eu un incident particulier cette semaine lors des revers de 7-2 à Washington et 4-2 contre les Oilers — comme la décision de retrancher le jeune défenseur Christian Wolanin — pour expliquer ce revirement de situation ?

«Non, il n’y a pas eu d’élément déclencheur. On a regardé la façon dont l’équipe a joué récemment, et le plus important, c’est qu’on a pris la décision ce matin que Guy n’était pas pour être l’entraîneur l’année prochaine, qu’on devait amener quelqu’un avec de meilleures idées, de meilleures intentions, pour ramener de l’énergie à ce groupe-là», a-t-il répondu à ce sujet. 

Boucher avait été rapatrié de la Suisse, où il avait travaillé après son passage avec le Lightning, pour succéder à Dave Cameron après une recherche exhaustive. En trois saisons, il a présenté une fiche de 94-108-26.

Crawford, 58 ans, a gagné la coupe Stanley avec l’Avalanche du Colorado en 1996. Il en est à sa troisième saison comme associé de Boucher. En 18 saisons dans la LNH, il a été un entraîneur-chef pour 1151 matches, présentant une fiche de 549-421-103-78.

Pas de pression sur lui, Dorion s’attend à ce que le club gagne des matches d’ici la fin de la saison. 

«Je pense que nous avons une équipe qui peut gagner des matches d’ici la fin de l’année. Nous voulons voir cette équipe gagner, se développer, grandir, avoir une excellente culture, jouer pour eux et pour le personnel d’entraîneurs, et plus important encore, jouer pour nos partisans. On a vu ça contre Calgary il y a quelques jours (revers de 2-1 dimanche). Je ne pense pas qu’on a vu ça (jeudi). À un moment donné, nous avons cru qu’il fallait prendre cette décision aujourd’hui. C’est une décision pour essayer de mettre une fondation en place pour cette organisation, pour que cette reconstruction soit complétée le plus vite possible», a souligné Dorion.