La Véloroute interdite... aux vélos

L’installation de deux pancartes « Interdit au vélo » (sic), sur le chemin sur le Lac à Saint-Henri-de-Taillon, a soulevé plusieurs interrogations et réactions au cours des derniers jours. Le problème est que ces affiches interdisant l’accès aux cyclistes se retrouvent en plein coeur de la Véloroute des Bleuets, dans un secteur reliant la municipalité au parc national de la Pointe-Taillon.

Les panneaux, installés mercredi, ne sont pas conformes, selon le ministère des Transports du Québec (MTQ). Ils n’ont donc aucun pouvoir légal. Dans une volonté de mettre fin à la confusion, la Véloroute des Bleuets a réagi sur les réseaux sociaux en publiant un message sur sa page Facebook.

« Nous désirons informer les utilisateurs de la Véloroute des Bleuets que la section du circuit située à Saint-Henri-de-Taillon est ouverte dans son entièreté. Nous recommandons toutefois aux utilisateurs d’être prudents ! », a écrit la Véloroute.

Président de l’organisme, Michel Chiasson a dénoncé la situation. Il ne veut toutefois pas partir en guerre contre qui que ce soit, préférant se pencher des pistes de solution.

« Ce qu’on demande à la municipalité, c’est de mettre un affichage approprié en signalant que la route était cahoteuse sur une certaine distance, a mentionné M. Chiasson. On va entreprendre les démarches pour faire enlever ces pancartes. »

La Véloroute a fait des vérifications auprès du ministère des Transports. Selon la loi, une municipalité ne peut pas interdire l’accès uniquement aux cyclistes sur une route secondaire. C’est donc dire qu’une telle décision doit autant toucher les voitures que les vélos, mais pas un seul type d’usager.

Les pancartes ont été installées sur le chemin sur le Lac, à Saint-Henri-de-Taillon, qui est le seul accès de la Véloroute des Bleuets reliant la municipalité au parc national de la Pointe-Taillon.

« Les vélos ont le droit d’aller partout où les voitures vont », a fait valoir M. Chiasson.

Le chemin du Lac est l’unique lien direct entre le village de Saint-Henri-de-Taillon et le parc national desservi par la Véloroute. Le MTQ ne permet pas à l’organisme d’utiliser la route 169 pour circuler à vélo, puisqu’un accès est déjà réservé pour la voie cyclable à cet endroit.

Assurances

Le maire de Saint-Henri-de-Taillon et préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, est celui qui aurait installé les pancartes sur le chemin sur le Lac. Cette décision serait justifiée pour une question d’assurances, car la municipalité juge que la route est en trop mauvais état pour permettre aux cyclistes d’y circuler.

La Véloroute des Bleuets a communiqué avec Vélo Québec et après vérifications, Michel Chiasson a confirmé que la compagnie d’assurances ne voyait pas de problème à la pratique du vélo dans le secteur. En plus de la Véloroute des Bleuets, la Route verte emprunte également le chemin sur le Lac.

Selon Vélo Québec, la route est inconfortable, mais pas dangereuse.

« Vélo Québec a dit que la route est inconfortable, mais qu’elle n’est pas dangereuse », a indiqué le président de la Véloroute.

André Paradis n’a pas rendu les appels du Progrès, malgré plusieurs tentatives.