Il sera désormais possible de faire de la randonnée hivernale au mont Orford après les heures d’ouverture de la station de ski.
Il sera désormais possible de faire de la randonnée hivernale au mont Orford après les heures d’ouverture de la station de ski.

La randonnée pédestre hivernale offerte au Mont-Orford

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Il sera désormais possible de faire de la randonnée hivernale au mont Orford après les heures d’ouverture de la station de ski.

La Corporation Ski & Golf Mont Orford permettra cette activité de façon encadrée. « Notre objectif, particulièrement cette année avec le besoin criant de sortir jouer dehors, est d’offrir à notre clientèle de nombreuses façons de profiter de la montagne avec une offre plus variée et encadrée », mentionne Jacques Demers, président de la Corporation.

Selon M. Demers, peu de stations au Québec permettent la randonnée pédestre hivernale dans des pistes de ski, et la demande était forte.

« On sent déjà un très fort engouement envers les sports d’hiver, particulièrement cette année, et tous doivent pouvoir pratiquer leur sport ou faire leur travail de façon sécuritaire. »

Dans un communiqué, la Corporation mentionne que c’est à la suite de plusieurs réflexions avec un comité consultatif de citoyens que la Corporation bonifie encore cette année son offre hivernale.

« On est heureux d’offrir une offre plus grande ici, mais on demande bien sûr à ce que les utilisateurs respectent les pistes désignées et les heures d’ouverture de la randonnée pédestre hivernale pour que ce soit sécuritaire autant pour les équipes de travail en saison de ski que pour les amateurs de ce sport », rappelle Simon Blouin, directeur général de la Corporation. Les pistes noires, donne-t-il à titre d’exemple, seront interdites.

En saison hivernale, les opérateurs de dameuses sont en action partout sur la montagne de même que les opérateurs de canons à neige et d’entretien, en plus de ceux qui pratiquent la randonnée alpine.

Les randonneurs auront accès aux pistes entre 16 h et 22 h. La dernière montée pourra s’effectuer à 21 h et à 22 h, les gens devront avoir quitté la station.

La randonnée pédestre hivernale est maintenant accessible et le sera du 1er novembre au 1er mai chaque année.

Une carte des pistes a été conçue pour visuellement identifier les pistes autorisées à la randonnée pédestre hivernale.

Jacques Demers

Une nouvelle section sur le site web du Mont-Orford est disponible pour visualiser le statut d’ouverture ou de fermeture des pistes en fonction de l’enneigement, des conditions ou de l’entretien par exemple, comme c’est le cas pour le ski et la randonnée alpine. M. Blouin recommande fortement de jeter un œil au site avant de se déplacer : une piste qui doit se faire enneiger pourrait être fermée, par exemple.

Beaucoup de gens viennent monter les pistes à pied à cette période-ci de l’année, pendant le jour, fait-il remarquer également.  

« Nous tenons également à rappeler que la descente en luge, en traîneau ou tout type de glissade est formellement interdite », précise M. Blouin. « Nous demandons la collaboration de la population à respecter les règles d’or du randonneur pour que la pratique de ce sport puisse perdurer. »

Par ailleurs, les détenteurs d’un abonnement au parc national du Mont-Orford (Sépaq) et les abonnés de ski (sauf les abonnés Flex) auront accès gratuitement au site pour la pratique de cette activité. Les gens peuvent aller récupérer leur abonnement au service à la clientèle dès maintenant. Les détenteurs d’une carte de la Sépaq doivent quand même passer au service à la clientèle de la station.

Une tarification spécialement conçue pour ce sport a été recommandée par le comité consultatif et approuvée par le conseil d’administration.

Le coût de l’abonnement, valide du 1er novembre au 1er mai, est 20 $ + taxes. Le billet journalier est de 5 $ plus taxes.

Selon M. Blouin, en parallèle avec la popularité de l’activité, la Corporation avait deux choix : l’interdire ou l’encadrer.

« C’est comme dans un parc ou un terrain privé. Il n’y a pas de zone grise. Soit tu interdis une pratique ou tu l’encadres. On a eu de la pression des assurances, dans les dernières années, de dire soit vous l’encadrez ou vous l’interdisez, mais il faut que vous fassiez quelque chose, vous ne pouvez pas rester avec plein de monde dans la montagne qui vienne pratiquer cette activité. On est rendu là. On espère que les gens vont respecter les normes et réaliser, dans le fond, que c’est un privilège qu’ils ont de pouvoir venir aussi. »

Pour plus de détails :

https://montorford.com/fr-ca/hiver/la-randonnee-pedestre-hivernale