Le mauvais temps approche des quartiers touchés par la tornade, prévient Environnement Canada.

La pluie menace les propriétés sinistrées

Les propriétaires sinistrés doivent placarder et recouvrir rapidement les trous béants créés par la tornade sur leurs propriétés. Le soleil et la température relativement clémente de lundi feront place à de la pluie, et peut-être des orages, mardi et mercredi.

Environnement Canada prévoit une accumulation de 15 à 20 millimètres, mardi. Les probabilités d’averse pour l’Outaouais et l’Est ontarien sont de 90 %.

Mercredi, des orages pourraient frapper la région, avec des rafales pouvant atteindre 30 km/h.

« Il y a un système qui s’approche de nous et on pourrait avoir des averses de pluie, mardi », avertir Gerald Cheng, météorologue d’Environnement Canada

« À partir de mardi, on pourrait avoir 15 mm de pluie. »

Le directeur des services techniques de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), Marco Lasalle, prévient les propriétaires de recouvrir dès que possible, et seulement si la sécurité des personnes n’est pas en jeu.

« Avec le vent, une simple toile peut s’envoler, dit-il. Si ce n’est pas déjà fait, il faut privilégier des structures légères comme des plaques d’aspenite (en bois pressé), pour couvrir les fenêtres, les toits et les murs éventrés. »

Il est important « de ne pas couvrir (de façon permanente) ce qui est déjà mouillé », car cela nuit à la structure et donne naissance aux champignons.

La «succion» des toits

Les maisons et bâtiments du Québec et de l’Ontario ne sont pas construits pour résister à de telles tornades. « Un toit est fait pour soutenir, pas pour “retenir” », image-t-il. En fait lorsqu’une tornade frappe, le toit est soulevé en succion. »

Ce phénomène crée un effet aérodynamique par lequel le vent frappe d’abord d’un côté, glisse sur le toit, et soulève la partie opposée, comme le vent sur une voiture en déplacement.

Pour éviter un tel phénomène, les toits devraient être rattachés à la fondation de la maison. « Certaines techniques semblables sont utilisées en Floride, régulièrement frappée par de tels phénomènes météorologiques. »

Les normes de construction d’ici changent lentement puisque le Conseil national de recherche fournit aux responsables des normes de construction des moyennes météorologiques basées sur les 50 dernières années. « Alors, le temps que les années 2017 et 2018 pèsent dans la balance... »

Le Bureau des assurances du Canada (BAC) demande par ailleurs aux sinistrés de photographier leurs dommages et leurs biens. «Gardez toutes vos factures, prenez beaucoup de notes », résume Anne Morin, du service des communications du BAC.

La valeur de l’étendue des dommages est encore inconnue pour le moment.

Questions d’assurance

En soirée mardi, des représentants des assureurs comptaient se présenter à une réunion prévue au centre de crise, en collaboration avec les autorités municipales de Gatineau.

Ceux qui n’ont pas d’assurance doivent malheureusement se rabattre sur l’aide, limitée et temporaire, de la Croix-Rouge.

Ceux qui sont assurés, même ceux qui bénéficient d’une petite prestation, sont couverts par les dommages provoqués par la tornade.

Les locataires assurés le sont pour leurs biens seulement. Leurs propriétaires ne sont pas forcés, par défaut, de trouver un logement à leurs locataires sinistrés. « Tout dépend du bail », explique Mme Morin.

Il est aussi possible de rejoindre le BAC au 1-844-227-5422.

+

UNE PLAINTE POUR VOL

Une propriété a été la cible de pilleurs ayant profité de la facilité de l’accès aux maisons inoccupées depuis vendredi. 

La police de Gatineau confirme qu’une seule résidence du boulevard Cité-des-Jeunes, pour l’instant, a été investie par des malfaiteurs. 

Des bijoux, des vêtements et de la nourriture auraient été volés.