La plage de la Petite Floride est fermée jusqu’à nouvel ordre.
La plage de la Petite Floride est fermée jusqu’à nouvel ordre.

La Petite Floride fermée en raison d'importants rassemblements

Bécancour — Des comportements délinquants à la Petite Floride poussent la Ville de Bécancour à fermer cette plage jusqu’à nouvel ordre. Les températures chaudes et le déconfinement entraînaient d’importants rassemblements qui sont pourtant interdits par les mesures sanitaires en place.

«Quand il y a plusieurs centaines de personnes dans un petit espace comme celui-là, il n’y a aucun respect de la distanciation physique», soutient le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, qui précise qu’il est trop tôt pour envisager déjà une date de réouverture.

L’avenue Montesson est donc fermée, sauf pour la circulation locale. Un brigadier municipal assurera la gestion des entrées. Cette décision a été prise en collaboration avec la Santé publique, la Sûreté du Québec et la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour.

«On est en période de pandémie et en déconfinement. Tout le monde est fou raide. Et nous avons une canicule pendant que tous les parcs, comme l’île Saint-Quentin, sont fermés à Trois-Rivières. Tous les axes sont alignés pour avoir, beaucoup, beaucoup de personnes à la Petite Floride», explique le maire.

La plage de la Petite Floride appartient à la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour. Afin de continuer à permettre à la population de profiter du site, la Ville de Bécancour demande aux usagers d’être respectueux envers l’environnement. En effet, d’importantes quantités de déchets sont laissées sur la plage par des usagers, comme ce fut le cas le week-end dernier.

«C’est affreux ce qui s’est passé là», dénonce le maire de Bécancour.


« Les gens jettent tout à terre. Il y a des bouteilles cassées et des quantités phénoménales de déchets. Les gens n’ont aucun respect. »
Le maire Jean-Guy Dubois

«On l’avait dit: si vous continuez comme ça, on va la fermer. […] On a passé une partie de la fin de semaine à gérer ce problème. Un moment donné, c’est la Société du parc qui va dire qu’elle ne veut plus de ces problèmes-là et interdire pour de bon l’accès.»

L’important achalandage des derniers jours entraîne aussi des risques pour la sécurité des résidents du secteur, estime la Ville de Bécancour. «Une journée comme mercredi, il y a des voitures de chaque côté de l’avenue Montesson. Ça rend les passages très difficiles pour les camions de sécurité qui auraient besoin de se rendre sur place, comme la police, les ambulanciers ou les pompiers», explique le maire Jean-Guy Dubois.

La descente pour les bateaux de l’endroit demeure toutefois accessible et l’utilisation du stationnement est réglementée. Le coût du stationnement est de 20 $ pour les non-résidents et l’accès est gratuit pour les résidents de Bécancour.

La canicule force l’ouverture des jeux d’eau

Interdits au public en raison des mesures sanitaires en place, les jeux d’eau peuvent à nouveau être utilisés par les enfants qui sont à la recherche de fraîcheur avec la vague de chaleur. La direction de la santé publique a annoncé mercredi qu’elle autorisait cette mesure.

«Cette autorisation temporaire s’appliquera uniquement le temps de la canicule. Évidemment, les exploitants des jeux d’eau ainsi que les usagers devront s’assurer du respect des consignes gouvernementales concernant la distanciation physique et d’hygiène», explique Guillaume Cliche, agent d’information au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du Québec (CIUSSS MCQ).

«Il sera important que les surfaces fréquemment touchées par les usagers soient nettoyées régulièrement par les responsables des jeux d’eau.»

La santé publique ne recommande toutefois pas la fréquentation ou l’ouverture des plages et des piscines publiques. «Il est très difficile de respecter en tout temps les consignes de distanciation physique dans ces milieux. De plus, la baignade en cours d’eau et en lac peut comporter, en certains endroits, des risques pour la santé en raison de sources de contamination microbiologique», ajoute Guillaume Cliche.