Vincent Van Horn, maître-distillateur de la Distillerie de la Chaufferie, a reparti les alambics pour la production de ses spiritueux.
Vincent Van Horn, maître-distillateur de la Distillerie de la Chaufferie, a reparti les alambics pour la production de ses spiritueux.

La Distillerie de la Chaufferie repart les machines

Après avoir fabriqué plus de 4000 litres d’alcool désinfectant dans le contexte de la pandémie, la Distillerie de la Chaufferie de Granby se remet à la confection de spiritueux.

Le maître-distillateur Vincent Van Horn n’aurait jamais pensé troquer la production de gin et de vodka pour du désinfectant.

«On s’est reviré à 180 degrés. On n’a jamais travaillé autant, nos alambics n’ont jamais fonctionné autant à plein régime que ces derniers mois», mentionne M. Van Horn, qui, après des études en écologie, a travaillé comme brasseur et dans des vignobles, pour ensuite se tourner vers les spiritueux.

L’avantage de la distillerie située au 145 rue Cowie, c’est qu’elle fabrique son propre alcool, alors que, comme le laisse entendre Vincent Van Horn, plusieurs distilleries au Québec font venir l’alcool pour l’aromatiser par la suite. Ainsi, pour se rendre utile et pour contribuer à l’arrêt de la propagation du virus, la distillerie a distribué gratuitement et vendu du désinfectant maison, approuvé par Santé Canada.

«On a pu pousser nos équipements au maximum, tester jusqu’où ils pouvaient aller», dit le distillateur, originaire de Bedford.

La production de gin, vodka et rye whisky a été mis sur pause, jusqu’à la semaine dernière, où elle a «graduellement repris».

Un «brum» à venir

Pendant cette production massive d’alcool, Vincent Van Horn a fait une découverte: la mélasse de betterave à sucre. «La betterave à sucre pousse bien ici. Alors, on a acheté 17 000 litres de mélasse et avec ça, on fera un ‘‘brum’’.»

Le «brum», explique le distillateur, est une sorte de rhum fabriquée avec de la betterave à sucre, plutôt que de la canne à sucre. Selon M. Van Horn, le seul autre producteur de «brum» au Canada se trouverait en Alberta.

Ainsi, dans un an, les 20 barils de «brum» - qui ne s’appelera toutefois peut-être pas ainsi - seront prêts à la vente et à la dégustation.

En plus des trois produits de base de la distillerie (gin, vodka et rye whisky), des produits éphémères seront lancés dans les prochaines semaines, soit un brandy aux pommes, une liqueur de framboise et une liqueur de noyer noir, tous fabriqués avec des produits locaux et régionaux.

Miser sur les tours guidés

La Distillerie de la Chaufferie fabrique et aromatise son propre alcool sur place, dans des installations situées en bordure de la rivière Yamaska, entre les murs de l’ancienne usine Impérial Tobacco. Ce projet de partir une distillerie à Granby, lancé il y a trois ans, vient de quelques gars de la région. Toutefois, la distillerie compte aujourd’hui 9 propriétaires.

Le bar demeure fermé pour l’instant, et Vincent Van Horn espère qu’il pourra ouvrir au public «d’ici 15-20 jours», le temps de mettre toutes les consignes sanitaires en place.

Ce dernier rapporte qu’il aimerait miser davantage sur les tours guidés, les dégustations, et mettre en valeur le bâtiment industriel et les installations de la distillerie, afin d’éduquer et d’informer les gens sur le métier de distillateur.

«Quand je dis que je suis distillateur, certaines personnes me demandent quel genre de bière je fais...», dit Vincent Van Horn, un sourire aux lèvres.

Pour suivre l’évolution des nouveaux produits disponibles de l’entreprise, ainsi que l’annonce de la réouverture du bar, consultez la page Facebook de la Distillerie de la Chaufferie.

Quelques bouteilles de désinfectant sont encore disponibles jusqu’à épuisement des stocks. Pour s’en procurer, contactez l’entreprise via la messagerie de Facebook, ou au numéro de téléphone (450) 305-0470.