Ben et François Dubé sont fiers de présenter le tout nouveau projet de la cantine Chez Ben on s’bour la bédaine, la Ben Mobile.

La cantine Chez Ben dévoile son nouveau camion de rue

Dans les années 50, Bernard « Ben » Dubé ouvrait la cantine Chez Ben dans une roulotte attachée à l’arrière de son camion. Cette semaine, comme un clin d’œil au passé, ses deux fils et son petit-fils, qui opèrent l’emblématique casse-croûte situé rue Principale à Granby, inauguraient leur camion de rue. Une joyeuse façon d’aller à la rencontre d’une plus large clientèle, entre autres celle qui fait la tournée des festivals de la province.

Ils y ont réfléchi longuement, mais François Dubé, son frère Bernard Jr et son fils Jimmy ont finalement pris la décision de mettre sur la route un food truck aux couleurs de la cantine. En fait, ce sont les organisateurs du Festival de la poutine de Drummondville qui ont réussi à convaincre le trio.

« Au départ, on n’était pas chauds à l’idée d’un food truck, mais on a toujours eu beaucoup de plaisir à participer à cet événement », indique Ben Dubé.

Et pour cause. À deux reprises, la cantine Chez Ben est revenue à Granby avec la fourchette d’or. En 2012 et en 2013. En 2014, le Festival a toutefois revu son concept. Désormais, les participants devaient venir au volant d’un camion de rue.

Comme les gens du Festival de la poutine souhaitaient revoir les artisans de Chez Ben défendre leur titre, ils leur ont lancé l’idée de se munir d’une cantine mobile. Celle-ci semble avoir fait son chemin...

« Ils étaient prêts à nous prêter un camion pour nous avoir ! », lance François Dubé.

Participer au Festival avec un camion emprunté ne tentait toutefois pas aux hommes d’affaires à la légendaire chemise rayée rouge et blanc. Ils ont donc décidé d’en construire un à leur image. Ainsi, le véhicule ne correspond à rien de commun, indiquent les frères Dubé. C’est un modèle unique. Un projet familial, car le concept graphique du camion a été réalisé par la fille de François, Roxanne Dubé, de DubéDesign.

« C’est certain que ça prenait un food truck hors de l’ordinaire, car notre façon de fonctionner ne permet pas l’utilisation d’un camion “normal” », poursuit François.

D’abord, celui-ci ne roule pas. Déniché chez Remorquage Boissonneault, il se dirigeait tout droit vers un centre de recyclage automobile. C’est d’ailleurs cette compagnie de Granby qui est désormais chargée de déplacer La Ben Mobile.

Un food truck habituel contient une ou deux friteuses et permet à trois ou quatre employés d’y circuler. Le camion de bouffe de Chez Ben, lui, possède une terrasse extérieure de neuf pieds carrés où se trouve la cuisine. Cela permet l’utilisation de cinq friteuses et à huit personnes d’y travailler avec aisance pour servir les clients.

Essai 

La cantine a décidé de faire une pratique générale jeudi dernier afin d’être prête pour le Festival de la poutine de Drummondville qui se tiendra cette année du 22 au 24 août. Les propriétaires se réjouissent, car tout baignait dans l’huile ! Il y a seulement deux ou trois petites modifications techniques à apporter au gros véhicule rouge.

Cette soirée de première a permis aux frères Dubé et à Jimmy de constater le temps nécessaire pour installer la cantine mobile. Le processus demande environ une demi-journée. Le camion se défait en entier. Quant au service à la clientèle, un total de 200 personnes peuvent être facilement servies.

À noter que le menu de la cantine mobile sera très différent de la cantine de la rue Principale, puisque le camion a été construit pour faire de la poutine avant tout. Le menu restera restreint en raison de la disposition du véhicule. Seul le hot dog pourrait y figurer.

Cependant, le vrai test demeure l’événement de Drummondville. Le roulement risque d’y être beaucoup plus important. Le volume réel auquel les Dubé pourront réellement faire face, ils vont le découvrir le week-end prochain, dans le feu de l’action.

Utilisation future

Avec leur camion, les propriétaires visent de gros événements. En raison du temps alloué à son installation, ils préfèrent l’utiliser seulement pour des événements de longue durée.

Ils ont d’ailleurs déjà été approchés par l’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu. « On va commencer par faire Drummondville et après on va regarder les autres possibilités », souligne François.