Jordan Martel joindra les Patriotes de l’UQTR la saison prochaine.

Jordan Martel tourne la page sur la LHJMQ

La carrière de quatre saisons du Chicoutimien Jordan Martel dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec a pris fin abruptement, mardi soir, avec la défaite du Drakkar de Baie-Comeau en sept rencontres devant les Wildcats de Moncton.

Profitant d’une priorité de 3-2 dans la série, le Drakkar a échappé les deux derniers matchs devant ses partisans pour se retrouver en vacances dès la première ronde, malgré des attentes élevées sur la Côte-Nord. « C’était ma dernière année et personne ne s’attendait à ça. On avait une équipe qui aspirait à aller assez loin. Je savais que la fin de ma carrière junior s’en venait, mais ce n’était pas ce que j’anticipais. Je m’attendais à aller plus loin. C’est ça qui est plate », de laisser tomber Jordan Martel, qui passe quelques jours au Saguenay avant de retourner à Baie-Comeau pour officiellement tourner la page sur la dernière saison la semaine prochaine.

Après deux saisons avec les Élites de Jonquière dans le midget AAA, Martel a fait sa place avec le Drakkar même s’il avait été sélectionné très tardivement en huitième ronde, au repêchage de 2015. L’attaquant s’est avéré une très bonne prise, terminant son passage dans la LHJMQ avec 204 points en 253 rencontres en saison régulière. « Pour le moment, je suis déçu et ça me fait de la peine de réaliser que ça met un terme à quatre belles années à Baie-Comeau. Je vais m’en rappeler toute ma vie. Le fait de prendre du recul va laisser place à plein de beaux souvenirs de ces quatre années », d’exprimer Jordan Martel, en ayant notamment une pensée pour sa famille de pension où il a trouvé une deuxième maison. « Il y a plein de sentiments comme ça qui me viennent à l’esprit et c’est le plus dur à réaliser. »

Le hockey n’est toutefois pas fini pour Martel qui joindra les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières l’an prochain, dirigés par son compatriote chicoutimien Marc-Étienne Hubert. Il a été courtisé par plusieurs universités, mais a choisi la seule francophone pour joindre le programme d’administration, également pour demeurer plus près de chez lui. « Ce sera quelque chose de nouveau, de ne pas être dans une famille de pension, mais dans un appartement. J’ai hâte de voir ça va ressembler à quoi », raconte Jordan Martel qui aimerait ensuite tenter le coup chez les professionnels, possiblement en Europe.

« Je ne m’en vais pas jouer universitaire pour mettre un terme à ma carrière. Je veux m’en servir pour prendre de la maturité. Quand je vais avoir 24-25 ans, je vais probablement être plus prêt à jouer avec des hommes qu’en ce moment », de convenir Jordan Martel qui demeurera avant tout un joueur offensif dans les rangs universitaires.

« Il y a des raisons pour lesquelles plusieurs équipes ont démontré de l’intérêt envers moi. Ce qu’ils recherchent, c’est ce que je suis capable d’amener sur la glace et j’ai l’intention d’être fidèle à moi-même », d’assurer l’ancien #27 du Drakkar.