Les inondations de 2017 et de 2019 ont durement frappé la région. Mais certains endroits qui ont été épargnés se retrouvent tout de même dans la zone d’intervention spéciale. Plusieurs critiques ont fait entendre leur voix.

Inondations: une carte d'intervention dessinée « avec un gros pinceau »

La zone d’intervention spéciale (ZIS) du gouvernement du Québec qui doit encadrer et limiter la reconstruction dans les secteurs inondés en 2017 ou en 2019 semble avoir été peinturée « avec un gros pinceau », affirme le député libéral de Pontiac, André Fortin.

La carte qui détaille la ZIS fait l’objet de nombreuses critiques. Le gouvernement affirme que les territoires faisant partie de la ZIS ont été déterminés en fonctions des « zones à risques connues » et des différentes données des crues de 2017 et 2019.

Or, M. Fortin indique que des municipalités de sa circonscription sont incluses de façon intégrale dans la ZIS – le village de Waltham, par exemple – alors qu’elles n’ont pas été inondées en 2017 ou en 2019 et qu’elles ne sont pas situées dans une zone de récurrence d’inondations 0-20 ans.

Le maire de Campbell’s Bay, Maurice Beauregard, affirme que la moitié du territoire de son village est intégrée dans la ZIS, alors qu’à peine 15 résidences ont été inondées au printemps dernier. 

« Des places que je pensais qu’ils auraient pu mettre dans la zone ne sont pas là. 

D’autres qui ne sont même pas proches sont incluses », affirme M. Beauregard.

La députée de Hull, Maryse Gaudreault, souhaite pour sa part que les citoyens prennent le temps d’aller consulter la carte de la ZIS avant la consultation prévue jeudi.

« Il y a une partie du centre-ville de Hull qui est dans la zone et plusieurs développeurs sont touchés, souligne-t-elle. […] C’est sûr qu’il y a des zones qui sont à risques à la suite des inondations de 2017 et de 2019, mais de là à tout bloquer sans égard au développement des régions et des municipalités, je trouve qu’on est allé un peu rapidement. […] Ça a des répercussions importantes, alors j’invite les citoyens à aller consulter la carte, parce que même si le comté de Hull n’a pas été touché, il y a de larges bandes qui sont concernées. »

Le développement immobilier Zibi fait partie de ces terrains inclus dans la ZIS qui ne devrait peut-être pas s’y retrouver. Le président de ce projet, Jeff Westeinde, soutient que tous ses terrains sont au moins sept mètres plus élevés que le plus haut niveau des inondations de 2017 et de 2019. 

Il entend soumettre un rapport d’experts au gouvernement dans le cadre de la consultation publique qui se tiendra jeudi, au Palais des congrès de Hull.

Fiscalité municipale ébranlée

Des rencontres publiques sont prévues dans plusieurs municipalités du Québec jeudi afin de peaufiner la ZIS. André Fortin espère que le gouvernement sera véritablement à l’écoute et que des ajustements seront apportés à la ZIS afin de ne pas handicaper le développement immobilier et commercial, particulièrement dans des plus petites municipalités.

« Ce que les maires me disent, avec raison, c’est que l’impact sur la fiscalité municipale dans le Pontiac va être énorme, soutient M. Fortin. La ZIS, tel qu’elle a été dessinée, va faire en sorte que non seulement, des résidents permanents et des propriétaires de chalets ne pourront pas rebâtir. Pour les municipalités dans le Pontiac, c’est parfois plus de résidences temporaires que de résidences permanentes. Leur fiscalité municipalité repose là-dessus. Ils voient les perspectives de leurs revenus municipaux diminuer de façon importante, mais les dépenses elles ne changeront pas. »

+
PAS UNE VERSION FINALE, DIT LACOMBE

Alors que la Ville de Gatineau et la MRC de Gatineau ont déjà émis des préoccupations concernant la carte détaillant la zone d’intervention spéciale (ZIS) du gouvernement du Québec, le ministre responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, souligne que les zones déterminées ne sont « pas finales ».

« Ce n’est pas du tout final, c’est un point de départ qu’on met sur la table aux fins de discussions, affirme-t-il. On est ouvert à la discussion et à faire certaines modifications. »

D’ailleurs, des consultations publiques se tiendront notamment à Gatineau et à Campbell’s Bay le 4 juillet prochain.

« Tout est sujet à des modifications après avoir discuté avec les villes, les municipalités, les MRC et les citoyens. C’est pour ça qu’on va tenir des consultations publiques au début du mois de juillet », ajoute le ministre Lacombe.

Même si elle ne fait pas partie d’une zone 0-20 ans et qu’elle n’a pas été touchée par les inondations de 2017 ou de 2019, la municipalité de Waltham, dans Pontiac, se retrouve malgré elle entièrement incluse dans la ZIS.

« S’il y a des endroits qui se retrouvent dans la zone, mais qui selon les municipalités, ne devraient pas s’y retrouver, on leur a indiqué qu’on est prêt à revoir ça, indique M. Lacombe. L’idée derrière la ZIS, c’est d’éviter une course au permis et que les gens se précipitent et obtiennent des permis des municipalités et qu’il y ait des développements sur des zones qu’on n’a pas réfléchies au développement. »

«Agir rapidement»

Quant à la durée des travaux, M. Lacombe n’a pas voulu s’avancer avec un calendrier précis.

« On a l’intention d’agir rapidement et depuis les inondations c’est ce qu’on a fait. On veut aller rapidement avec les travaux, mais en même temps, on veut prendre le temps de bien faire les choses. »

Avec Julien Coderre, Le Droit