Doug Ford a profité de sa visite dans les zones inondées d’Ottawa pour faire quelques sacs de sable.

Inondations à Ottawa: «Ça me brise le cœur», dit Doug Ford

Le premier ministre Doug Ford est arrivé dans le secteur de Constance Bay, à Ottawa, vendredi matin. Il a réitéré sa promesse de venir en aide aux sinistrés, sans toutefois préciser l’ampleur que cet appui pourrait prendre.

« Ça me brise le cœur de voir ça. Nous sommes en mode alerte et comme j’ai dit au maire hier soir, nous sommes là pour vous supporter », soutient M. Ford. 

Le premier ministre ontarien s’est rendu dans l’ouest de la ville d’Ottawa afin d’échanger avec le conseiller du quartier, Eli El-Chantiry et le maire suppléant, George Darouze. Ces derniers lui ont dressé un portrait de la situation comparant le niveau de l’eau à celui du seuil historique de mai 2017. Rappelons que le maire Jim Watson est absent en raison d’une opération à l’œil.

À LIRE AUSSI

Ottawa déclare l'état d'urgence

Crue printanière: vers des évacuations à Ottawa?

Le conseiller de West Carleton-March a imploré Doug Ford de ne pas couper l’électricité afin de ne pas nuire aux résidents qui utilisent des pompes pour évacuer l’eau de leur maison. M. El-Chantiry, qui est personnellement touché par les événements, est bien placé pour comprendre l’ampleur de la situation. M. Ford s’est dit ouvert à la possibilité d’offrir du support aux citoyens qui désirent déménager pour éviter de revivre cette situation à répétitions. Une avenue que les premiers ministres du Québec et du Nouveau-Brunswick évaluent.

« Nous serions plus qu’heureux de nous asseoir avec la communauté et d’avoir cette discussion, confie-t-il. Ces citoyens ne peuvent pas revivre cette situation année après année. Ils disent que ce sont des inondations qui arrivent aux 100 ans, mais deux ans plus tard, on est encore dans le même bateau. »

Le premier ministre est allé à la rencontre de citoyens vendredi matin, dont Shannon Groves qui vit aux abords de la rivière des Outaouais.

Après avoir empli des sacs de sable, M. Ford s’est dirigé sur la promenade Bayview pour constater l’ampleur des dégâts. Plusieurs riverains étaient à pied d’œuvre afin de sauver leur demeure. Le premier ministre a échangé quelques mots avec Shannon Groves qui vit aux abords de la rivière des Outaouais avant de lui faire une accolade. Celle qui a vécu les inondations de 2017 semblait dépassée par les événements lorsqu’elle a fondu en larmes.

Le premier ministre a aussi donné son numéro de cellulaire à des riverains leur promettant qu’il sera là pour eux en leur offrant le soutien et l’aide nécessaire.

Changements climatiques

Le gouvernement Ford a réduit le financement des agences de protection de la nature, ce qui a des effets sur les programmes de gestion des inondations. Le premier ministre n’a pas voulu commenter la question dans les détails, lorsque questionné par les médias vendredi matin.

« Nous allons revoir tout ça. Mes amis, nous avons un déficit de 15 milliards $ et nous devions être responsables dans notre budget », explique le premier ministre.

Il ajoute que les changements climatiques ont certainement un rôle à jouer en ce qui concerne les inondations vécues à répétition.

« C’est une chose en laquelle je crois, admet-il. On ne peut pas le nier et on voit les impacts. Il y a quelque chose qui se passe et on doit en être conscient. »

La visite de M. Ford en sol ottavien fait écho à la déclaration d’état d’urgence du maire Jim Watson en fin de journée jeudi. Plus de 400 militaires sont aussi arrivés sur le terrain afin de prêter main-forte aux personnes dans le besoin.

La présence des forces armées sur le terrain est « rassurante » pour les citoyens, estime le premier ministre qui a salué le travail des soldats.