Il vide de l’huile sur sa femme

Un homme de 40 ans de Lac-Kénogami a été accusé de voies de fait simples pour avoir déversé le contenu d’un quatre litres d’huile végétale sur le corps de sa femme à la suite d’une chicane de ménage. La dame, il faut le dire, lui avait précédemment mis du beurre dans le visage.

Les événements se sont déroulés lundi après-midi à la résidence du couple. Selon les informations obtenues, l’homme est devenu colérique après que sa compagnie de carte de crédit ait refusé d’augmenter sa marge. C’est à ce moment que la chicane de couple a commencé. L’individu aurait alors commencé à crier et à s’énerver. Sa conjointe lui a demandé de se calmer, ce qu’il n’a visiblement pas réussi à faire.

L’accusé, dont les intérêts sont représentés par Me Charles Cantin, est passé à côté de la dame et lui aurait donné un coup d’épaule. La victime serait tombée au sol.

En se relevant, elle a mis ses deux mains dans la livre de beurre et a étendu le contenu dans le visage de monsieur.

L’homme s’est dirigé vers la douche afin de se débarrasser de cette matière graisseuse.

À son retour, il était toujours aussi bougon et de mauvaise humeur. L’individu, sans antécédent judiciaire, aurait alors projeté la dame au sol et lui aurait mis un genou sur le corps afin de l’empêcher de se relever.

Il aurait ensuite pris un gallon d’huile d’olive et l’aurait déversé sur le corps de madame. Il l’aurait ensuite pris par la jambe afin de l’amener à l’extérieur de la résidence. La victime se serait frappé la tête sur un échafaud avant d’être en mesure de retourner à la maison.

À son entrée dans la résidence, elle a aperçu le gallon d’huile et aurait pris la décision de verser la balance du contenu dans le coffre à outils de son conjoint.

Me Charles Cantin représente les intérêts d’un client accusé d’avoir vidé un gallon d’huile végétale sur sa femme.

Le quadragénaire a quitté la résidence, mais a communiqué à nouveau par la suite avec sa conjointe afin de savoir si elle était pour porter plainte.

La suite est connue. Les patrouilleurs du Service de police de Saguenay (SPS) ont procédé à l’arrestation de l’individu. Celui-ci a passé la nuit dans une cellule du quartier général du SPS à Jonquière avant d’être amené au Palais de justice de Chicoutimi. La juge Danielle Côté, de la Cour du Québec, a accepté de remettre l’homme en liberté.

La victime a même accepté de reprendre son conjoint à la maison, mais à une condition. Il devra s’inscrire au Groupe Courage, un organisme d’entraide et de soutien pour les hommes.