Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

GNL Québec: hausse de la facture d’électricité des Québécois, selon l’Union des consommateurs

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
La concrétisation du projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec entraînerait une hausse des tarifs d’électricité pour les Québécois, selon l’Union des consommateurs.

«Cette hausse des tarifs serait la conséquence directe de la mise en fonction de l’usine de GNL Québec qui consommerait d’importantes quantités d’électricité. Ceci forcerait Hydro-Québec à recourir à de nouveaux appels d’offres pour des approvisionnements d’électricité à long terme qui s’avéreraient onéreux», note l’Union des consommateurs, estimant que le projet GNL Québec entraînerait un « manque à gagner » de près de 310 M$ pour Hydro-Québec et une hausse des tarifs d’électricité d’environ 2,1% pour la population du Québec. 

Responsable des dossiers énergétiques à la Coalition Fjord, opposant au projet d’usine de liquéfaction, Jean Paradis affirme que « tous les clients d’Hydro-Québec doivent réaliser que GNL Québec ferait augmenter leurs tarifs d’électricité. Le projet ne satisfaisait déjà pas le critère minimum d’acceptabilité sociale requis par le gouvernement et dont le ministre Fitzgibbon a reconnu l’importance. En plus, il entraînerait des hausses de tarifs d’électricité à la grandeur du Québec. C’est totalement inacceptable pour les Québécois», indique-t-il, par voie de communiqué. 

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, s’inquiète également des conclusions de l’Union des consommateurs. 

« En termes clairs, cela signifie qu’Hydro-Québec n’aura pas forcément l’énergie pour alimenter l’usine – rappelons que la société d’État prévoit justement qu’en 2027, elle n’aura plus de surplus d’électricité. Que faire, alors? Selon toute vraisemblance, recourir à des appels d’offres pour se procurer de l’électricité à prix fort », a expliqué le député de Jonquière.

Plusieurs organismes incluant la Coalition Fjord, Greenpeace Canada, Nature Québec et Équiterre pressent donc le gouvernement Legault de fermer définitivement la porte au projet GNL Québec.

Rappelons que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) doit rendre son rapport en mars, concernant le projet de GNL Québec. Les audiences s’étaient déroulées sur quatre semaines, à l’automne, et un nombre record de 2600 mémoires avaient été déposés.