Gazoduq annonce la suppression de six emplois

Jonathan Hudon
Jonathan Hudon
Le Quotidien
GNL Québec et son projet Énergie Saguenay absorbent un nouveau coup dur, alors que Gazoduq, promoteur derrière la construction d’un gazoduc de 750 kilomètres entre le nord-est de l’Ontario et La Baie, vient de supprimer six emplois. Une situation provoquée par le contexte de la pandémie de COVID-19, selon son président, Louis Bergeron.

Dans une lettre publiée mercredi, le président de Gazoduq réitère d’abord la « pertinence » du projet de conduite souterraine pour transporter le gaz naturel de l’Ouest canadien vers une usine de liquéfaction de gaz naturel. Celle-ci est développée par GNL Québec et est projetée à La Baie. Le licenciement de six employés était toutefois devenu nécessaire.

« Il s’agit d’une décision déchirante et nous souhaitons remercier ces employés et souligner leur dévouement et leur contribution exceptionnelle au développement du projet depuis 2018 », a exprimé Louis Bergeron, tout juste après avoir écrit que « le contexte de la pandémie de COVID-19 crée un climat d’investissement particulièrement incertain à l’échelle internationale et des perspectives économiques imprévisibles ».

Il s’agit d’une deuxième nouvelle du genre en une semaine pour le projet de liquéfaction de gaz naturel. Le 14 août, Le Devoir dévoilait que les promoteurs d’Énergie Saguenay avaient diminué leurs effectifs, en raison de la coupe de quatre employés de GNL Québec. Cette décision aurait d’ailleurs miné le climat de travail, selon le quotidien, qui avance également que le projet pourrait être abandonné aussitôt qu’en septembre. Cette information a toutefois été niée par GNL Québec.

La ministre Mélanie Joly était de passage mercredi à Saguenay pour annoncer l’octroi de 5 M$ à un projet de traçabilité de l’aluminium canadien.

+

GNL QUÉBEC: PAS D’APPUI FINANCIER D’OTTAWA AVANT DE FRANCHIR LES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES

Le projet de GNL Québec devra traverser toutes les évaluations environnementales nécessaires avant qu’Ottawa étudie la possibilité de soutenir financièrement le projet d’exportation de gaz naturel à partir de Saguenay, a affirmé la ministre Mélanie Joly.

« Dans les circonstances, lorsqu’il y aura un projet qui sera déposé, il va falloir que le projet soit conforme aux différentes évaluations environnementales. À ce moment-là, on pourra certainement voir qu’est-ce qui en est », a répondu la ministre Joly, lorsque questionnée sur le soutien de 275 M$ de son gouvernement, l’an dernier, envers un projet de même nature, le projet de LNG Canada, en Colombie-Britannique.

La ministre du Développement économique et des Langues officielles était de passage mercredi à Saguenay pour annoncer l’octroi de 5 M$ à un projet de traçabilité de l’aluminium canadien.

« Mais étant donné que le projet n’est toujours pas déposé, à ce moment-là, la question est cependant toujours hypothétique », a-t-elle poursuivi, au sujet de GNL Québec.

Elle a rappelé que l’important projet de 40 G$ de LNG Canada avait toutes les évaluations, études et ententes nécessaires en main lorsqu’Ottawa a annoncé un soutien financier. Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local