Dimanche avait lieu la marche de l’espoir organisée par la Société canadienne de la sclérose en plaques. Sur la photo, on peut y apercevoir Emanuelle St -Pierre, porte-parole de l’événement, Jacques Raby, directeur régional de la fondation et Manon Proulx, présidente d’honneur de l’événement et propriétaire des restaurants St-Hubert de Sherbrooke.

Gagner contre la sclérose en plaques

À l’âge de 21 ans, Emanuelle St -Pierre, reçoit le diagnostic de la sclérose en plaques, une maladie auto-immune qui attaque le système nerveux. À 27 ans, malgré la maladie, elle monte le Kilimandjaro, l’un des monts les plus élevés au monde, situé en Tanzanie. Avec ce défi, elle remet 45 000 $ à la Société canadienne de la sclérose en plaques.

« Certains pensent qu’il ne faut plus faire d’activités physiques quand on est atteint de la sclérose. Au contraire, selon moi, c’est important de continuer à faire de l’activité physique. Même si tu as des symptômes, la seule limite, c’est toi-même. Oui, c’est désagréable d’avoir les pieds engourdis, mais moi je continue à courir à m’entrainer, malgré tout », affirme Emanuelle St -Pierre

C’est en se réveillant un matin, lors de ses 21 ans, qu’elle est tombée en bas de son lit, dû à un pied engourdi. Après plusieurs consultations chez différents médecins, on lui annonce qu’elle est atteinte de la maladie.

« Encore aujourd’hui, on ne connait pas la cause de la maladie. On se pose des questions. Qu’est-ce qui a causé ça? Pourquoi moi? On n’a pas de réponse à ça. Au début, c’était difficile de savoir comment je prenais ça. En fin de compte, je me suis réveillée un matin et j’ai décidé que ça n’allait pas m’empêcher de vivre ma vie. »

Pour la Sherbrookoise, il était important de ne pas se mettre de barrière. Au lieu de s’apitoyer sur son sort, elle s’est fixé des défis : monter le mont Kilimandjaro. Même que, pour son entrainement, elle a monté plus de 50 montagnes, en seulement un été. Sa motivation? La vie, tout simplement.

« À un certain moment, j’ai eu une urgence de vivre. Il ne faut pas prendre la maladie comme une fatalité » avance fièrement Mme St -Pierre.

Marche de l’espoir

Dimanche avait lieu la 6e édition de la Marche de l’espoir de l’Estrie organisé par la Société canadienne de la sclérose en plaques. Une centaine de Sherbrookois étaient sur place pour écouter le témoignage d’Emanuelle St -Pierre et ainsi pour participer à la marche.

D’ailleurs, tout au long de l’année, plusieurs groupes de Sherbrookois ont fait preuve de solidarité en organisant leur propre campagne pour cette cause. Notamment, un groupe de quatre cégépiens ont organisé un événement d’envergure de dégustations de bière de micro-brasserie. Les étudiants ont amassé à eux seuls 4200 $.