Pierre Fortier est suspendu avec solde jusqu’à ce que l’enquête soit complétée.

Festival international de la chanson de Granby: Pierre Fortier suspendu

Une ombre s’est jetée, lundi, sur les célébrations entourant le 50e Festival international de la chanson de Granby. À deux jours de la première soirée de demi-finales, l’organisation du FICG a suspendu son directeur général et artistique, Pierre Fortier, en lien avec « une dénonciation relative à des commentaires et comportements inadéquats en milieu de travail » portée à l’attention du conseil d’administration, a-t-il été annoncé en fin d’après-midi par voie de communiqué.

La nature des faits reprochés à M. Fortier, le nombre de victimes alléguées ainsi que la période sur laquelle ils s’échelonneraient n’ont pas été précisés. Il est néanmoins suspendu avec solde jusqu’à ce que l’enquête soit complétée. 

Il ne s’agirait toutefois pas d’actes de nature sexuelle, laisse-t-on entendre du côté des communications officielles. « Le fait que nous nous soyons tournés vers une firme en ressources humaines et non la police donne un bon indice sur la nature des faits reprochés », a indiqué Elisabeth Roy, présidente chez Roy & Turner Communications.

Les services d’une firme spécialisée ont effectivement été retenus afin de mener une enquête en lien avec cette dénonciation. Le rapport de l’enquête doit être achevé à la fin du mois d’août.

« Ne souhaitant pas nuire et porter ombrage à l’enquête en cours », est-il précisé dans le communiqué, le conseil d’administration ne commentera pas davantage l’affaire.

« Nous prenons cette situation au sérieux et nous avons agi en conséquence. Nous avons le devoir de protéger les victimes alléguées de même que les droits de nos employés. C’est la décision qui s’imposait et il est de notre devoir de vérifier les allégations reçues et d’aller au fond de cette histoire sans présumer des conclusions et porter des jugements hâtifs », s’est contentée de dire Nadine Gelly, vice-présidente du CA du FICG dans le communiqué.

Le principal concerné a offert son entière collaboration, souligne-t-on par ailleurs. « Je respecte la décision du conseil d’administration. J’ai offert ma pleine et entière collaboration à l’enquête en cours et je serai en mesure de me faire entendre. Vous comprendrez que je vis difficilement la présente situation », a laissé savoir Pierre Fortier par écrit.

Surpris

La Voix de l’Est a tenté lundi soir de rejoindre certains employés du FICG, rencontrés dans la journée par le CA, et d’autres personnes gravitant autour du Festival. Tous se sont dits surpris par cette dénonciation et ont refusé de commenter l’affaire. 

On nous a toutefois assuré que la 50e mouture de l’événement se déroulera « exactement comme prévu ». « Sans minimiser le rôle que joue Pierre Fortier, l’équipe en place s’assurera du bon déroulement des opérations », nous dit-on chez Roy & Turner Communications.

« Nos tâches étaient déjà bien définies, alors on fait ce que l’on a à faire », a aussi affirmé Érick-Louis Champagne, nouveau directeur général adjoint qui partagera l’intérim avec la directrice administrative, Marie-Claude Gauthier, durant l’absence de M. Fortier.

Contacté par La Voix de l’Est, le maire de Granby Pascal Bonin s’est dit lui aussi surpris de ces allégations, mais a assuré qu’à ses yeux, elles n’enlevaient rien au FICG et à tous ceux qui l’ont bâti. « Le Festival de la chanson s’est construit sur 50 ans, ce n’est pas l’œuvre d’une seule personne », a-t-il rappelé, formulant du même souffle le désir de ne pas voir cette ombre au tableau entacher les célébrations qui s’amorceront mercredi.

« Un meilleur patron »

Pierre Fortier est à la barre du Festival international de la chanson de Granby depuis 12 ans. En mai dernier, il s’est vu décerner le Prix du gestionnaire culturel de l’année 2018, partagé ex aequo avec Pierre Des Marais, directeur et codirecteur artistique de Danse Danse, à Montréal.

Dans sa décision, le jury avait tenu en compte l’essor important connu par le FICG depuis son arrivée en poste, en 2007. On y relevait entre autres le nombre de spectateurs, qui est passé de 4000 à 55 000, le nombre d’employés qui a triplé ainsi que les investissements privés et publics, multipliés par dix.

Quand La Voix de l’Est avait alors demandé à Pierre Fortier s’il se considérait lui-même comme un bon gestionnaire et un bon patron, l’homme, après une brève pause, avait répondu : « Je suis un meilleur patron aujourd’hui que je l’étais il y a 12 ans. On devient plus modéré, plus patient, plus sage, on fait davantage confiance à son équipe. »