Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La trousse PROVID-19 qui est envoyée aux personnes qui participent à l’étude clinique.
La trousse PROVID-19 qui est envoyée aux personnes qui participent à l’étude clinique.

Étude clinique sur les liens entre les probiotiques et la COVID-19

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
La Tribune
Article réservé aux abonnés
SHERBROOKE — L’étude clinique PROVID-19, menée par le clinicien chercheur senior Dr Jean-Charles Pasquier, est en cours afin d’évaluer les effets possibles des probiotiques sur la durée et la gravité de la maladie COVID-19 pour les patients présentant des symptômes modérés du virus.

Cette étude clinique est réalisée en collaboration avec l’Université de Sherbrooke et l’Université Laval. Après avoir été interpellés par la pandémie, Dr Pasquier et son équipe se sont interrogés sur ce qu’ils pouvaient réaliser dans une démarche de responsabilisation sociale. Cet essai clinique pourrait renforcer les défenses immunitaires des gens ayant contracté la COVID-19.

Dans un premier temps, les chercheurs ont réfléchi aux différentes populations développant les formes les plus graves du virus. « Ce sont les personnes âgées, les personnes obèses, les diabétiques ou les personnes qui ont des maladies vasculaires notamment. Toutes ces personnes ont des microbiotes qui sont altérés. Elles ont une flore digestive de mauvaise qualité ou déséquilibrée. L’hypothèse qu’on a émise à ce moment était qu’il existe peut-être un intermédiaire entre le virus et le patient. Pour nous, cet intermédiaire est peut-être le microbiote », souligne le Dr Pasquier en insistant sur le fait qu’il s’agit d’une hypothèse. Les résultats de cette étude ne sont toujours pas confirmés. 

L’équipe de chercheurs a sélectionné des probiotiques qui pourraient avoir des effets sur la COVID-19 à partir d’études réalisées précédemment. « Ces effets ne sont toutefois pas connus pour l’instant. Nous n’avons pas de preuve que ça fonctionne. » 

Des participants recherchés

Les personnes de 18 ans et plus ayant été déclarées positives à la COVID-19 depuis moins de cinq jours, provenant des quatre coins du Québec, peuvent participer à l’étude. Les individus qui désirent participer à l’étude clinique PROVID-19 peuvent se rendre sur le site web de cette dernière afin de vérifier les critères d’admissibilité.  Les participants recevront une trousse afin d’effectuer le suivi de leurs symptômes. Elle comprend notamment un oxymètre, un thermomètre et un questionnaire à remplir tous les jours pour avoir une évolution des symptômes durant une période de 25 jours.  

« Nous allons donner soit un probiotique, soit un placebo aux personnes qui accepteront de participer à l’étude clinique et on va les suivre grâce à la trousse qu’on leur envoie. Des prélèvements de salive et de selles seront effectués au début et au milieu de l’étude pour qu’on vérifie le microbiote des gens. » 

« Pour un patient, il y a 25 jours de traitement. On les suit par contre jusqu’au jour 55, car il y a le long COVID-19. Certaines personnes ont des symptômes qui durent très longtemps. Nous voulons vérifier si les probiotiques pourraient avoir un effet sur le long COVID-19. Il y a une phase très active pendant 25 jours. Ensuite, il y a des suivis environ une fois par semaine », ajoute Jean-Charles Pasquier. 

Dr Pasquier invite les gens à partager la page Facebook officielle de l’étude afin de la faire connaitre à l’ensemble de la population. « Les gens qui ne sont pas malades peuvent la partager à leur réseau pour faire connaitre l’étude. […] On veut que les gens qui nous suivent aient les meilleures informations disponibles sur le sujet. Il y a un aspect de vulgarisation. »

Le clinicien-chercheur senior mentionne que ce projet d’envergure implique plusieurs facultés de l’Université de Sherbrooke en passant de la Faculté des sciences à la Faculté des lettres et sciences humaines. « C’est une façon différente d’aborder la maladie », commente-t-il à propos de l’étude clinique. 

L’équipe de chercheurs travaille sur ce projet depuis le mois de mars 2020. Dr Pasquier évoque que moins de dix équipes à travers le globe se penchent sur le sujet avec une formule probiotique et placebo.