En utilisant divers objets servant à stimuler les sens, l’intervention en environnements multisensoriels vise à « amener dans un état d’éveil optimal ».

Environnements multisensoriels: le Cégep de Granby offre une formation unique au Québec

Qu’elle soit utilisée pour calmer ou pour stimuler, l’intervention en environnements multisensoriels (IEMS) — comme une salle blanche — a de plus en plus d’adeptes.

Pour répondre à la demande, le Cégep de Granby a mis sur pied une nouvelle formation dédiée à cette pratique utilisée avec des élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme ou de comportement, des personnes souffrant de démence ou d’un handicap et même des bébés.

En plus d’être la seule de ce type offerte au Québec, il s’agit de la première Attestation d’études collégiales (AEC) du Cégep à être offerte presque entièrement en ligne.

« Il aurait été dommage que quelqu’un de Québec ou de Montréal ne puisse y avoir accès pour des raisons de transport et d’horaire », indique Rachèle St-Laurent, conseillère pédagogique à la formation continue.

Hormis deux journées de cours le week-end, la formation de
405 heures — incluant un stage pouvant être réalisé en milieu de travail — est donnée le soir en direct via internet et peut évidemment être enregistrée.

Elle est destinée aux personnes qui détiennent déjà un diplôme collégial ou un AEC en éducation spécialisée, éducation à l’enfance, intervention en loisirs ou en délinquance, travail social ou soins infirmiers.

En croissance

En utilisant divers objets servant à stimuler les sens, l’IEMS vise à « amener dans un état d’éveil optimal », explique Éric Blouin, coordonnateur et enseignant au département de Techniques d’éducation spécialisée.

« C’est de plus en plus connu et la demande est en croissance, ajoute-t-il. C’est déjà très utilisé en Europe, où des CHSLD sont basés sur ce principe. »

En classe, les notions d’élaboration d’activités de développement, de création de matériel de stimulation sensorielle, de planification d’interventions et d’aménagement d’espace sont notamment abordées.

La première cohorte a commencé le 16 novembre et est complète avec 20 étudiants. Une séance d’information pour une deuxième cohorte se tiendra le 15 janvier pour un nouveau démarrage en février. 

Cette AEC est reconnue par l’Association québécoise des intervenants en approche Snoezelen et l’International Snoezelen Association Multi Sensory Environments.