La mère de 37 ans sera évaluée sur sa capacité à comprendre le processus judiciaire.

Enfants maltraités à Granby: l’accusée sera évaluée en psychiatrie

Une femme de Granby accusée d’avoir maltraité ses enfants sera évaluée en psychiatrie.

Le tribunal en a fait la demande, mercredi, alors que la détenue de 37 ans revenait devant la cour pour son enquête sur remise en liberté. Cette étape a été reportée afin de lui permettre d’être évaluée.

À lire aussi: Maltraitance d'enfants: une femme de Granby arrêtée

Me Anne Gervais-Corbin, de la défense, a indiqué avoir « des doutes » sur la capacité de sa cliente à comprendre le processus judiciaire, tout en précisant que l’accusée était d’accord avec cette procédure.

« Je lui ai expliqué ce qui allait se passer », a dit Me Gervais-Corbin.

Pour la Couronne, Me Valérie Simard-Croteau a remis d’autres éléments de preuve à la défense et mentionné, à sa sortie de la salle d’audience, que d’autres accusations seraient « vraisemblablement à venir ».

Menottée et le manteau d’hiver boutonné jusqu’au cou, l’accusée — dont l’identité est protégée en raison de l’âge de ses enfants — est restée stoïque durant sa brève comparution. Son dossier doit revenir en cour le 7 mars.

Elle fait face, pour chacun de ses trois enfants de 1, 3 et 17 ans, à une accusation d’avoir « omis de fournir les choses nécessaires à l’existence » alors que cette omission a « mis sa vie [NB : de l’enfant] en danger, était de nature à causer un tort permanent à sa santé ou a exposé sa santé à un péril permanent ».

Une peine maximale de cinq ans de prison est prévue au Code criminel pour ce délit. Une quatrième accusation, de voies de fait celle-là, a été déposée contre la mère parce qu’elle s’est colletaillée avec un huissier venu l’expulser de son logement, le 14 février dernier.

Blessures et insalubrité

Appelés sur place, les policiers ont constaté que les trois enfants vivaient dans des conditions déplorables et étaient fréquemment laissés à eux-mêmes. L’appartement de la rue Denison Ouest était insalubre et les deux plus âgés portaient des traces de blessures.

L’adolescent, en particulier, était très maigre et présentait plusieurs fractures ainsi que des problèmes pulmonaires, révélait La Voix de l’Est, mercredi. Selon plusieurs sources, il était battu par sa mère. Il a été hospitalisé depuis. Les trois enfants, qui ont été pris en charge par la Direction de la protection de la jeunesse, auraient aussi souffert de malnutrition.

Des accusations antérieures de voies de fait, de vol et de fraude pèsent aussi contre l’accusée, qui n’a pas d’antécédent judiciaire.