Des élèves de 4e année s'exerçant sur le nouveau terrain de baby-foot humain de l'école primaire Saint-Joseph, à Granby
Des élèves de 4e année s'exerçant sur le nouveau terrain de baby-foot humain de l'école primaire Saint-Joseph, à Granby

Du baby-foot à taille humaine dans cinq cours d’école

Les terrains de baby-foot à taille humaine se propagent de plus en plus au Québec. Fruit d’initiatives bénévoles et de dons, ces terrains permettent aux jeunes de participer à un sport d’équipe tout en respectant, en tout temps, une distanciation physique de deux mètres. Après Dunham, Bedford et Farnham, Sutton aura bientôt le sien.

« Quand j’ai vu dans La Voix de l’Est, la semaine passée, l’article sur le baby-foot géant à Granby, ma réaction a été spontanée : faut en faire un à Sutton ! »
Richard Leclerc

L’école La Clé des champs, à Dunham, utilise déjà ce terrain depuis la mi-mai. Le week-end dernier, les cours de la Butler Elementary School, à Bedford, et des écoles Saint-Romuald et Mgr-Douville, à Farnham, accueillaient des équipes de bénévoles et des matériaux de construction nécessaires à la réalisation de ce nouveau terrain de jeu. Le lundi suivant, les enfants enchantés ont pu essayer ce nouveau jeu.

Inspiré par ces projets, et par le terrain également installé à l’école Saint-Joseph, à Granby, Richard Leclerc a lancé un appel à tous pour offrir aux enfants — mais aussi aux adolescents et aux adultes en dehors des heures de classe — la possibilité de jouer en équipe tout en respectant les directives gouvernementales.

Et puisque tous ses projets estivaux sont sur pause en raison de la pandémie, il avait du temps pour un nouveau défi.

« Quand j’ai vu dans La Voix de l’Est, la semaine passée, l’article sur le baby-foot géant à Granby, ma réaction a été spontanée : faut en faire un à Sutton ! »

Il a consulté le directeur de l’école primaire locale, Donald Kerr, et a obtenu son aval. M. Leclerc a depuis rencontré le directeur de l’école anglophone de Bedford pour voir comment ils avaient procédé et a eu l’occasion de voir une démonstration par 12 jeunes. Le plaisir que ces derniers ont eu à jouer lui a confirmé qu’il fallait ce type d’installation à Sutton.

Murets de bois

Le concept est simple : transformer le jeu de baby-foot sur table en version géante. Des murets de bois, construits par exemple avec des palettes de bois, délimitent l’espace du terrain avec. On ajoute des cordes ou des barres de métal avec un tuyau de caoutchouc autour pour délimiter l’espace disponible pour chaque joueur, et le tour est joué. Des marques sur les tuyaux permettent aux participants de savoir où poser les mains pour toujours être à deux mètres de distance les uns des autres. Les joueurs peuvent se promener de gauche à droite pour faire une passe à un coéquipier, mais ils ne peuvent jamais aller en avant ou en arrière.

« Ça oblige à faire des passes, remarque M. Leclerc. Des fois, sur un terrain de soccer, il y a des joueurs qui partent seuls vers le but avec le ballon, mais là ce n’est pas possible. Mon objectif est de faire jouer le monde. Des fois, pour faire jouer le monde, ça prend un peu de challenge. »

En matière d’hygiène, « les enseignants sont là avec les enfants pour leur donner du désinfectant à main avant qu’ils entrent. Quand ils sortent, ils se désinfectent encore les mains et les enseignants entrent sur le jeu pour nettoyer les barres. »

Samedi, il rencontrait des volontaires pour discuter des plans de construction et de la quantité de matériaux à trouver. La date de construction n’était pas encore déterminée. M. Leclerc est aussi à la recherche des matériaux nécessaires pour la réalisation du projet.

« Mon objectif est de le faire le plus vite possible pour que les enfants en profitent avant la fin de l’année. Les jeunes vont pouvoir continuer à jouer cet été. »

Il a aussi en tête d’organiser des matchs et peut-être même un tournoi amical.

Le terrain sera aussi en place à l’automne prochain, pour la rentrée de l’année 2020-2021.