Les policiers avaient visité la Boutique 710, sur la rue Saint-Marc, à Shawinigan, en octobre 2018, dans le cadre du projet Portillon. Deux individus ont été arrêtés, mardi, relativement à cette affaire et un autre est recherché.

Dispensaires de cannabis: arrestation de deux individus, un autre recherché

TROIS-RIVIÈRES — Le Service des enquêtes sur la contrebande de la Sûreté du Québec a réalisé une importante frappe policière liée à la production et la vente illégale de cannabis dans des dispensaires.

Parmi les deux individus arrêtés mardi, on retrouve notamment Albert-Abraham Krespine, 37 ans, considéré comme l’une des têtes dirigeantes de cette organisation et le propriétaire du groupe ACCMQ (Association des consommateurs de cannabis médical du Québec). Il est soupçonné avoir vendu des franchises de ses boutiques et d’avoir incité les détenteurs de franchises à produire et à vendre du cannabis sans avoir les autorisations légales de Santé Canada. 

 En fait, ces dispensaires, qui sont connus sous le nom des boutiques 710 ou TH City (dans la région, la première est située sur la rue Saint-Marc à Shawinigan alors que la seconde se trouve sur la rue Fusey dans secteur Cap-de-la-Madeleine), auraient recruté des clients pour lesquels ils obtiennent une ordonnance de cannabis médical ou qui en ont déjà une afin de les intégrer dans des regroupements de producteurs autorisés à faire pousser du cannabis eux-mêmes à domicile et ainsi pouvoir revendre le cannabis à des prix moindres dans les dispensaires. 

Rappelons qu’au Québec, depuis l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions, c’est auprès de la SQDC qu’il est possible d’acheter du cannabis. Sinon, il faut s’inscrire auprès de Santé Canada afin de pouvoir en produire soi-même une quantité limitée pour ses propres besoins médicaux ou désigner quelqu’un qui se chargera d’en produire pour soi. 

Cette opération policière constitue la seconde phase du projet Portillon. En octobre 2018, sept perquisitions avaient eu lieu dans des dispensaires illégaux de cannabis dans différentes régions du Québec dont ceux de Trois-Rivières, Shawinigan et Victoriaville. Les policiers y avaient notamment saisi 3 kilos de cannabis. Un dispensaire avait également été visité à Nicolet mais ce dernier n’aurait aucun lien avec cette organisation. 

Dans le cadre de leur enquête, les policiers ont donc procédé mardi à l’arrestation du suspect numéro un, Albert-Abraham Krespine à Montréal. Cependant, les procédures judiciaires entourant ce dossier se dérouleront à Trois-Rivières. Comme l’a précisé le procureur de la Couronne responsable de cette affaire, Me Julien Beauchamp-Laliberté, l’objectif est de faciliter la tenue d’un procès plus rapide. «Certaines infractions ont été commises dans le district judiciaire de Trois-Rivières et les délais y sont plus courts»,a-t-il précisé.   

Krespine a donc comparu en après-midi au palais de justice de Trois-Rivières où il a été formellement accusé de complot afin de frauder le public par la vente de franchises et de commerces liés à l’ACCMQ et par la vente de cartes de membres de l’association, d’avoir fraudé les détenteurs de franchises et les membres, de complot pour possession et trafic de cannabis, de trafic de cannabis, de possession en vue de trafic, de possession de biens obtenus criminellement et d’avoir conseillé aux détenteurs de franchises de produire du cannabis.

Comme ce dernier compte plusieurs antécédents judiciaires en matière de possession de stupéfiants, complot, fraudes, documents contrefaits, infractions liées à des cartes de crédit et  bris de conditions, le procureur de la Couronne s’est opposé à sa remise en liberté. Une enquête sur détention a été fixée au jeudi 24 octobre.

Un présumé complice a également été arrêté mardi. Il s’agit de Maxwell Gordon Knight, 30 ans, également de Montréal. Il a pour sa part comparu à Montréal mais il a été libéré sous conditions. Un troisième suspect, Maxime Gauthier, 37 ans de Montréal, est toujours recherché en vertu d’un mandat d’arrestation.  

À Trois-Rivières, c’est THCity, situé sur la rue Fusey, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, qui avait été ciblé.