Vincent Lambert et Stéphane Boutin ont arrêté le véhicule en marche d’un citoyen victime d’un malaise.

Deux hommes jouent les héros à La Tuque

La Tuque — «Je ne sais pas si c’est de la fierté, parce que je pense que c’était un devoir. On devait agir.» L’une des artères les plus achalandées de la ville de La Tuque aurait pu être le théâtre d’une scène dramatique vers l’heure du dîner, samedi. Heureusement l’intervention de Vincent Lambert et de Stéphane Boutin aura permis d’éviter le pire. Les deux hommes sont rapidement descendus de leur camion et ont entrepris une course pour arrêter le véhicule en marche d’un citoyen victime d’un malaise.

«Sa lumière était verte, lui il ne bougeait pas. On regardait, nous étions perpendiculaires à lui. Les chars ont commencé à vouloir le contourner et là, j’ai vu qu’il commençait à avoir des convulsions», raconte Vincent Lambert.

Ce dernier conduisait le véhicule dans lequel prenaient place son ami Stéphane Boutin et des enfants. Aussitôt que le feu de circulation est devenu vert, ils se sont approchés du véhicule et du conducteur en détresse sur le boulevard Ducharme.

«Je me suis avancé à côté de lui et je lui ai demandé si ça allait. Il ne répondait pas. Là, il s’est mis à avancer. Probablement que son pied est tombé à côté du break… J’ai embrayé sur le reculons et je suis parti en arrière de lui. Je me suis stationné dans la voie et je suis parti à courir après. […] Je n’ai pas réfléchi, j’ai agi, ça s’est passé tout seul. Je n’ai même pas pensé, je me suis juste dit, il faut qu’on l’arrête», explique-t-il.

«Le monde regardait, mais personne ne réagissait. On est parti à courir, j’ai pris mon téléphone, j’ai fait le 911. Je ne suis pas du coin alors ils m’ont localisé, je ne savais pas où j’étais. Ils nous ont dit quoi faire et ils ont envoyé du secours. […] On courait –en gougoune- chacun de notre côté pour essayer d’entrer dans le camion. On voulait absolument l’arrêter» ajoute Stéphane Boutin.

Les deux hommes, de La Tuque et Victoriaville, ont essayé tant bien que mal d’enlever les clés du véhicule pour qu’il arrête sa course.

«Je courais et je voyais qu’il n’était pas là», assure Vincent Lambert.

«On voyait le camion qui voulait embarquer sur le terre-plein et on voyait le lampadaire arriver. On ne voulait pas que ça fesse en plus, poursuit-il. J’essayais de tirer sur le steering. La bande de trottoir le retenait un peu parce que la roue s’accotait dedans. Un moment donné, il s’en allait vers le trafic, c’est là que j’ai donné le coup pour le mettre sur park. Il fallait que ça arrête. Si on n’avait pas réagi, c’est clair que ça aurait pu mal finir», ajoute-t-il.

Il aura fallu environ deux longues minutes aux bons samaritains avant d’immobiliser le véhicule.

«Ç’a été vite ! Quand on a réussi à l’arrêter, on s’est aperçu que le gars n’était vraiment pas là. Il était évanoui et en convulsions», notent-ils.

Vincent Lambert et Stéphane Boutin ont ensuite sécurisé les lieux et attendu l’arrivée des secours. À peine 24 heures après l’événement, l’adrénaline est redescendue et les deux hommes estiment avoir agi en bon citoyen.

«On aurait aimé que quelqu’un le fasse si ça avait été nous autres», assure Stéphane Boutin qui devrait se souvenir longtemps de cette visite à La Tuque.

«C’est aussi une bonne leçon pour les autres. Il ne faut pas avoir peur d’agir. J’aurais pu passer à côté comme s’il n’y avait rien, mais je voyais bien que ça ne marchait pas… On ne sait pas ce qui aurait pu arriver», lance Vincent Lambert.

Des citoyens qui passaient par là ont également assisté à la scène. Ils ont vu le camion rouler sur le terre-plein et les deux hommes qui ont joué les héros.

«Au début, on croyait que des gens essayaient d’arrêter un conducteur ivre, mais par la suite, quand les ambulanciers sont arrivés, on a compris que la personne avait dû avoir un malaise. Les gens qui ont arrêté le camion ont eu un excellent réflexe, car il y avait beaucoup d’autos sur place, ils ont peut-être évité un grave accident», a témoigné Rémy Dauphinais.