Les adolescents pensaient avoir pris du Xanax, mais ont en fait pris un médicament de la même famille, le Flubromazolam, qui s’avère être cinq à dix fois plus fort.

Deux élèves à l’hôpital après une surdose

SHERBROOKE — Deux élèves du secondaire de Sherbrooke se sont retrouvés à l’hôpital après avoir consommé un médicament dangereux, illégal au Canada. Les adolescents pensaient avoir pris du Xanax, mais ont en fait pris un médicament de la même famille, le Flubromazolam, qui s’avère être cinq à dix fois plus fort.

« C’est un médicament dont j’ignorais l’existence, car il n’est pas autorisé au Canada, explique la directrice de la Santé publique de l’Estrie, Mélissa Généreux. Forcément, si un jeune est intoxiqué à ça, c’est que ça vient d’un laboratoire clandestin. C’est le même genre d’effet que le Xanax, relaxant, qui peut mener à de la somnolence, confusion, perte de conscience, et même arrêt respiratoire. »

Les jeunes ont ressenti à peu près cet effet. « Ils avaient de la difficulté à parler, de la somnolence et étaient confus. L’état de conscience était altéré. Ce sont des jeunes qui s’en sont sortis sans séquelles, mais qui ont dû être en observation et recevoir des soins médicaux soutenus pour être sûrs que leur état n’allait pas se détériorer. En Montérégie, un cas a mené à un arrêt cardio-respiratoire. La personne a été sauvée, mais quand même... », exprime Dre Généreux.

« N’importe quel médicament, si on ne le prend pas pour la bonne raison — surtout sur le marché noir, le pusher ne donnera pas la bonne posologie en fonction de notre état de santé ou de notre condition, surtout si on le mélange avec de l’alcool, du pot ou d’autres drogues, ne nous aide pas du tout », poursuit-elle.

Enquête

Depuis un an, l’équipe de Santé publique exerce une étude épidémiologique. « C’est un peu en réaction à la crise des opioïdes qui a sévi un peu partout au Canada et d’un cas de décès suite à la prise de fentanyl il y a un peu plus d’un an. Maintenant, toutes les fois qu’il y a un cas de surdose assez sévère, on nous les déclare. Ça nous a permis d’avoir une meilleure idée de ce qu’il se passe sur le territoire. En fin de compte, ce n’est pas tant les opioïdes qui prennent la place, mais le Xanax, le mélange de substances et même le THC. »

Est-ce qu’un tel médicament peut créer un effet de dépendance ? « Oui, et le Flubromazolam aurait le potentiel de créer encore plus de dépendance, étant donné qu’il est plus puissant. C’est d’autant plus préoccupant », résume Dre Généreux.