Avec des travaux pour soulever sa maison du boulevard Hurtubise de 22 pouces et l'installation d'un solage hydrofuge, Mario Gauthier est mieux préparé à la crue printanière qu'en 2017.

Des inondations majeures devraient survenir cette semaine

Les seuils d’inondations majeures devraient être dépassés dans les prochains jours, selon les plus récentes prévisions du Comité de régularisation de la rivière des Outaouais (CRRO).

Dans son plus récent bilan publié lundi avant-midi, le CRRO souligne qu’«entre le lac Coulonge et le lac Deschênes, les niveaux d’eau vont continuer leur hausse et devraient dépasser les seuils d’inondations majeures dans les prochains jours». «D’Ottawa-Gatineau jusque dans la région de Montréal», les niveaux devraient ainsi continuer à augmenter «lentement».

Pour le bassin de la rivière des Outaouais, les pointes devraient être atteintes dès mardi à certains endroits, tandis qu’il faudra attendre quelques jours de plus pour la pointe anticipée dans le secteur Aylmer.

À la hauteur de Pembroke (à une heure et demie de route au nord-ouest d’Ottawa), le niveau devrait atteindre une pointe inférieure de 23 centimètres à celle observée en 2017.

Dans le secteur Aylmer, le niveau de l’eau devrait grimper de 40 centimètres d’ici cinq jours, estime le CRRO. Un tel niveau se situerait tout de même plus bas d’une vingtaine de centimètres par rapport à la pointe observée en 2017.

Selon les plus récents relevés de la Ville de Gatineau, les niveaux d’eau se situent dans le seuil d’inondation mineure, lundi, dans le secteur Aylmer, à Masson-Angers, à la marina de Hull et à la hauteur du quai des Artistes. Pour la rue Cartier, près du pont Alonzo-Wright, le niveau de la rivière Gatineau est sous surveillance.

Dans le quartier Pointe-Gatineau, le soleil plombe sur la rue Saint-Louis, recouverte d’environ deux pieds d’eau à l’intersection de la rue René.

Le Service de police de la Ville de Gatineau est présent aux extrémités. Les voies en direction nord sur la rue Saint-Louis sont fermées en raison de l’accumulation d’eau sous le pont des Draveurs; une des deux voies en direction sud est utilisée pour les véhicules qui souhaitent aller vers le nord.

Le Service de police de la Ville de Gatineau est présent aux extrémités. Les voies en direction nord sur la rue Saint-Louis sont fermées en raison de l’accumulation d’eau sous le pont des Draveurs; une des deux voies en direction sud est utilisée pour les véhicules qui souhaitent aller vers le nord.

François Legault à Gatineau

Le premier ministre du Québec, François Legault, visitera le quartier Pointe-Gatineau, lundi après-midi. L’agenda officiel de M. Legault indique qu’il doit participer à une rencontre au Centre de coordination des mesures d’urgence de la Ville de Gatineau à 14h30. Il sera accompagné du ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, et de la brigadier-général des Forces armées canadiennes Jennie Carignan.

Il doit ensuite visiter la zone inondée du quartier Pointe-Gatineau, qui avait aussi été durement touchée au printemps 2017.

À LIRE AUSSI: Legault songe à forcer des déménagements pour éviter de futures inondations

Lors de sa visite à Gatineau, François Legault sera accompagné du ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Les équipes municipales continuent d’arriver avec des sacs de sable dans les zones touchées par la crue.

La Ville de Gatineau souligne que le niveau de l’eau est toujours en hausse dans les différentes rivières de la région. Un total de 98 personnes sont inscrites au centre d’aide aux sinistrés et ceux qui souhaiteraient quitter leur résidence doivent faire de même et s’inscrire en téléphonant au 311.

Un char d'assaut arrive à Gatineau

Les militaires continuent aussi de parcourir les zones touchées. Un char d’assaut a d’ailleurs servi à évacuer un automobiliste s’étant aventuré trop loin sur une portion submergée de rue Saint-Louis.

Le propriétaire du véhicule, Aiad Mahmood, a indiqué au passage qu’il croyait être en mesure de traverser et que, malheureusement pour lui, il n’était seulement assuré que pour la responsabilité civile. M. Mahmood et le jeune garçon qui l’accompagnait ont pu être extirpés de leur fâcheuse position par les soldats, qui les ont transportés jusqu’à une portion sécuritaire de l’artère qui traverse le quartier Pointe-Gatineau.

Outre ces missions ponctuelles, les Forces armées continuent d’aider avec la préparation de sacs de sable — après les milliers préparés dimanche — en attendant leurs prochaines instructions.

Avec leur char d'assaut, les Forces armées viennent en aide à un automobiliste qui s'est placé en mauvaise posture, lundi matin.

Selon l’aumônier des Forces, Cédric Bernard, le moral est excellent parmi les troupes, notamment en raison de l’accueil chaleureux de la population de l’Outaouais.

«Les gars sont assez contents du travail qu’ils font et ce qu’on apprécie, c’est la réaction de la population, affirme l’aumônier Bernard. Je me suis déplacé à trois endroits à Gatineau hier et ce qui revient beaucoup chez les gens, c’est le fait qu’on soit venu plus tôt cette année, plutôt qu’attendre que ça soit la catastrophe. On s’en félicite, parce que c’est ce qu’on veut, être là pour la population.»

Plus à l’est, la force du courant se faisait sentir sur la rue de Versailles, au sud de la rue Notre-Dame. Un peu plus loin encore, sur le boulevard Hurtubise, les riverains semblaient soulagés de voir que l’eau est encore bien loin du niveau observé en mai 2017.

C’est le cas de Mario Gauthier, qui observait la scène assis devant sa résidence entourée de quelque 1500 sacs de sable, à quelques mètres d’une chaloupe prête à utiliser si la rivière des Outaouais se met à gagner davantage de terrain. Les autorités municipales ont procédé à l’enrochement d’une partie du boulevard, ce qui permet aux véhicules de continuer à y circuler.

M. Gauthier a dû utiliser «pas mal moins» de sacs de sable qu’en 2017, entre autres grâce aux travaux qui ont permis de soulever sa maison de 22 pouces. «J’ai levé ma maison et je suis rendu avec un solage hydrofuge, a-t-il fait savoir. En théorie, je ne devrais même pas avoir besoin de sacs de sable.»