Après une grève qui aura duré près de trois ans, le retour au travail chez Delastek va bel et bien pouvoir débuter lundi avec l’acceptation à 88 % du protocole par les syndiqués réunis en assemblée générale vendredi à Trois-Rivières.

Delastek: les syndiqués disent oui à 88 %

Après une grève qui aura duré près de trois ans, le retour au travail chez Delastek va bel et bien pouvoir débuter lundi avec l’acceptation à 88 % du protocole par les syndiqués réunis en assemblée générale vendredi à Trois-Rivières.

Le protocole de retour au travail prévoit le rappel de 25 salariés en trois phases: dix dès lundi prochain, neuf autres à compter du 26 mars et le reste le 16 avril. Si des besoins de production supplémentaires l’exigeaient, l’employeur ferait alors appel aux autres salariés toujours sur la liste de rappel.

«Nous sommes vraiment heureux d’avoir enfin pu résoudre ce conflit. Et je tiens à souligner la détermination et le courage dont nos membres ont fait preuve depuis le début du conflit, soit pendant 1073 jours, ou deux ans, 11 mois et huit jours. Le prochain défi sera de bâtir des relations de travail saines au sein de l’entreprise», a commenté le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné.

Les points toujours en suspens seront soumis à l’arbitrage, y incluant les clauses relatives au monétaire. Le coeur du conflit de travail à savoir la détermination du moment où le travail passe de la recherche et développement à celui de la production devra aussi être décidé par l’arbitre.