Le terrain avant de la maison est jonché de fausses pierres tombales.

Décorations d'Halloween: le nom de ses voisins sur des pierres tombales

Des décorations d’Halloween à l’humour douteux, installées à Alma, créent un malaise. Un homme a planté des pierres tombales et des croix mortuaires devant sa maison sur lesquelles il a identifié ses voisins de manière précise, en allant même jusqu’à écrire l’endroit où certains d’entre eux travaillent. Ce dernier se défend en disant que ces monuments sont seulement des décorations.

Une quinzaine de monuments funéraires sont installés devant la maison almatoise. Sur la plupart d’entre eux, on peut lire la première lettre du prénom d’une personne qui habite dans le voisinage, suivi de son nom de famille. Une phrase plus vague est écrite sur les autres. « Winny des Alpes : noyée dans sa marmite sur le feu (1432-1823) », peut-on lire sur l’une d’elles.

Une personne qui visitait ses parents, dont les noms sont écrits sur un des monuments funéraires, ne l’a cependant pas trouvé drôle. Ces décorations s’apparentent davantage à une menace qu’à une blague ou un geste de provocation anodin, estime-t-il. Surtout que des conflits mineurs ont eu lieu sur la rue dans les derniers temps, d’après cette personne.

Des décorations d’Halloween créent un malaise, à Alma.

Selon l’information détenue par Le Quotidien, une plainte aurait été déposée à la police par un des voisins. Le porte-parole de la Sûreté du Québec, Louis-Philippe Bibeau, n’a cependant pas voulu confirmer ni infirmer cette information, dimanche, disant seulement que ce genre de dossier demeurait confidentiel.

Une blague

L’homme qui a posé ces décorations indique qu’il s’agit d’une blague. Il serait erroné, selon lui, d’interpréter ce décor morbide comme des menaces faites au voisinage.

« Ils ont le droit. Le trois quarts des gens qui sont là-dedans, ce sont mes amis. Il y a des noms, des C., et ça peut être n’importe qui anyway », affirme-t-il lors d’un bref entretien téléphonique, avant d’ajouter que ces décorations ne sont « aucunement » de mauvais goût.

Celui qui a décoré sa maison en s’inspirant de ceux qui habitent sur sa rue ne comprend pas que des gens puissent être mal à l’aise avec ce qu’il a fait.

« Ils viendront me voir, s’il y en a qui n’aiment pas voir leur nom », dit-il, à l’intention de ses voisins.

Certaines épitaphes semblent plus abstraites.