Marc-Antoine Forand et son fils, Noah, âgé de quatre ans.
Marc-Antoine Forand et son fils, Noah, âgé de quatre ans.

Courir pour Noah, mais surtout pour la différence

«Notre mission de vie, c’est d’ouvrir les gens à la différence, carrément», confie Marc-Antoine Forand, qui vient de réaliser, le 21 juin dernier, le défi de courir pendant 21 heures pour le Regroupement de la Trisomie 21 (RT21) de Montréal. Mais, rappelle-t-il, au-delà du sport, il y a la cause .

Marc-Antoine Forand a couru pendant 21 heures sous des températures caniculaires la fin de semaine dernière, à l’occasion du quatrième anniversaire de son garçon, Noah, qui vit avec la trisomie 21.

Les sentiers de Bromont et des environs ont servi de terrain de jeu pour le coureur de fond et son défi «Courir pour Noah». Son aventure a débuté à midi et demi, le samedi 20 juin, pour se conclure 130 kilomètres, 2500 mètres de dénivelé positif et 21 heures plus tard.

Même si 21 heures de course, «ça semble gros», ce n’est qu’une étape dans la préparation du coureur en vue des 160 kilomètres du Bromont Ultra, qui doit se tenir en octobre, défi que Marc-Antoine relève en amassant des fonds pour l’organisme RT21. Pas moins de 11 000$ ont déjà été récoltés et l’athlète se permet de rêver d’atteindre la marque symbolique de 20 000$, alors que l’objectif initial était de 400$.

Le défi «Courir pour Noah» est surtout une belle façon de parler de la cause, mais aussi de promouvoir la beauté dans la différence. «C’est moi qui ai couru, mais ma conjointe, Carolane Gaudreau, est aussi impliquée, je dirais à 50%, si ce n’est pas plus», souligne l’athlète.

Le mercure a atteint 37 degrés Celcius samedi après-midi. «Ça chauffait», confirme en riant le coureur de fond

Mission de vie

La mission de Marc-Antoine et Carolane dépasse le cadre sportif.

«La ligne directrice derrière le défi vient du fait qu’on enseigne à Noah de ne pas se mettre de limites. On lui dit, mais là, on lui a montré par des gestes», confie le papa, qui souhaite par le fait même faire tomber les tabous qui entourent la Trisomie 21.

Mais leur «mission de vie» va encore plus loin. Ils veulent faire passer le message qu’il y a de la beauté, voir de la magie, dans la différence. «Notre mission de vie, c’est d’ouvrir les gens à la différence, carrément.»

Marc-Antoine peut compter sur le soutien de sa conjointe, Carolane Gaudreau, dans leur mission pour promouvoir la différence.

Marc-Antoine et Carolane ont été particulièrement touchés par l’engagement des gens. Ils ont été plusieurs à venir parcourir les derniers 21 kilomètres, en soutien à la cause.

«C’était hallucinant. C’était de beau de voir la générosité des gens qui se sont impliqués, qui nous ont écrit, qui ont partagé le défi. On n’aurait jamais cru que les gens allaient autant embarquer», un sentiment qui les remplit de fierté bien davantage que l’exploit physique accompli.

Son aventure a débuté à midi et demi, le samedi 20 juin, pour se conclure 130 kilomètres, 2500 mètres de dénivelé positif et 21 heures plus tard.

Des regards qui changent

Leur message semble passer de mieux en mieux et «les regards changent», assure Marc-Antoine.

«On sent les regards changer. On montre aux gens que c’est possible d’être heureux, d’avoir une super belle vie, on voyage, on ne s’empêche de rien, on ne se limite à rien», assure-t-il, en souhaitant que les jugements négatifs portés sur la différence s’effacent à l’avenir.