En 2009, Gilles Lebel avait déjà reçu une peine de cinq ans d’emprisonnement avec une peine supplémentaire d’une année pour conduite durant une interdiction.

Coupable d’ivresse au volant pour une 12e fois

Un incorrigible de l’alcool au volant s’approche de la peine maximale de dix ans qui peut être imposée en semblable matière alors qu’il a été condamné à sept ans et cinq mois de prison pour une douzième conduite avec les capacités affaiblies.

Gilles Lebel de Danville a reconnu, vendredi, une douzième accusation de conduite avec les capacités affaiblies et de conduite durant une interdiction.

Son taux d’alcoolémie dépassait de trois fois la limite permise par la loi.

La juge Claire Desgens de la Cour du Québec lui a imposé l’interdiction de conduire maximale prévue par la loi, soit dix années.

« Les sentences n’ont pas eu l’effet escompté pour vous faire réfléchir afin de faire les choses différemment. La préoccupation du tribunal demeure la protection de la société. La seule façon de le faire est d’allonger les peines de détention. La peine va protéger la société, le temps de votre détention », signale la juge Desgens.

La peine de prison a été imposée à la suite d’une suggestion commune de l’avocat de la défense Me Patrick Fréchette et du procureur aux poursuites criminelles Me Louis Fouquet.

C’est l’appel d’une citoyenne aux policiers, vers 15 h 10, le 25 octobre 2019 qui a permis de procéder à l’arrestation du multirécidiviste de 63 ans.

Lebel venait de tomber en pleine rue avec son scooter et semblait tituber en se relevant.

Une vingtaine de minutes plus tard, les patrouilleurs de la Sureté du Québec l’ont retrouvé, bière à la main, au bar le St-Régis de Danville.

« Les policiers ont constaté des symptômes d’ébriété », explique Me Fouquet.

Gilles Lebel est détenu depuis octobre 2019. Les cinq mois de détention provisoire ont été ajoutés à la peine.

Lors de cette dernière interception par les policiers de la SQ, Gilles Lebel a enregistré un taux d’alcoolémie de 250 mg d’alcool par 100 ml de sang, soit plus de trois fois la limite permise par la loi.

Il se trouvait sous le coup d’une suspension de son permis de conduire lorsqu’il a été intercepté.

« La seule affaire que je veux dire c’est que le bicycle est à mon gars. Il vaut 2000 $. Je vais encore avoir ça à payer », a indiqué Gilles Lebel au tribunal sans émouvoir qui que ce soit sur son sort.

En 2009, il avait reçu une peine de cinq ans d’emprisonnement avec une peine supplémentaire d’une année pour conduite durant une interdiction.

Cette dernière peine de six ans avait été maintenue par la Cour d’appel du Québec.