Jean Boulet

Congés parentaux inéquitables: le ministre Boulet tente de corriger le tir

QUÉBEC - Le gouvernement Legault fait marche arrière: il se dit maintenant disposé à offrir aux familles adoptives des congés supplémentaires, mais à l'extérieur du Régime québécois d'assurance parentale (RQAP).

C'est que la pression sur le ministre du Travail, Jean Boulet, s'est accentuée, mardi, alors que des parents adoptifs dénonçaient une fois de plus le projet de loi 51 qui maintient l'inégalité entre les congés accordés aux parents biologiques et aux parents adoptifs.

En vertu du projet de loi, les familles biologiques auraient désormais droit à un maximum de 59 semaines de congé, tandis que les familles qui adoptent hors Québec obtiendraient 52 semaines et celles qui adoptent au Québec, 42 semaines.

La pièce législative a été très mal reçue par la Fédération des parents adoptants du Québec (FPAQ), qui a réuni cinq autres organismes du milieu pour faire front commun contre.

Ils dénoncent le maintien d'une discrimination à l'endroit des enfants adoptifs, qui peuvent pourtant demander beaucoup de temps afin de surmonter leur sentiment d'abandon et tisser des liens forts avec leurs parents adoptifs.

Ils soulignent en outre que le ministre a créé deux classes de familles adoptives au Québec: celles qui adoptent à l'international et les autres.

Selon le ministre Boulet, les mères biologiques ont le droit d'avoir un congé plus généreux étant donné qu'elles subissent les «effets physiologiques» d'une grossesse et d'un accouchement.

Il prétend qu'il y a un sérieux risque de poursuites judiciaires de la part des mères biologiques si le gouvernement donnait exactement le même nombre de semaines aux parents adoptifs qu'aux parents biologiques.

Mardi, il a dit avoir «amorcé un dialogue» avec la FPAQ. «Je vais m'assurer de respecter notre engagement à l'effet qu'il y ait une égalité entre les parents adoptants et les parents biologiques, a-t-il déclaré en mêlée de presse. On verra les moyens d'atteindre cet objectif.»