La juge à la Cour du Québec Isabelle Boillat condamne Martin Duquette, l’homme qui avait prémédité enlever une enfant dans le but la revendre à un groupe criminalisé pour ensuite en abuser sexuellement, à 72 mois de pénitencier.

Complot pédophile: six ans de pénitencier pour Martin Duquette

La juge Isabelle Boillat, de la Cour du Québec, condamne Martin Duquette, l’homme qui avait prémédité l’enlèvement d’une enfant dans le but de la revendre à un groupe criminalisé pour ensuite en abuser sexuellement, à 72 mois de pénitencier.

Étant donné que Martin Duquette a été détenu de façon provisoire pendant 818 jours (comptés en temps et demi), il lui restera donc trois ans, neuf mois et sept jours à purger derrière les barreaux.

Lors des représentations sur la peine de l’accusé, qui s’étaient tenues à Roberval le 9 janvier, la procureure de la Couronne, Me Julie Lajoie, avait demandé huit ans d’incarcération et dix ans de surveillance, alors que la défense avait proposé une peine de trois ans de prison et de trois à cinq ans de surveillance. 

Dans un jugement d’une vingtaine de pages, la juge Boillat explique les détails des différentes peines imposées à l’homme de 46 ans. Tout au long de la lecture du jugement, Martin Duquette est demeuré tranquille, la tête basse, assis dans le box des accusés.

Circonstances aggravantes

Parmi les facteurs aggravants, la juge Boillat a considéré les différents antécédents judiciaires de l’accusé, qui sont nombreux et variés, dont voies de fait, harcèlement criminel, menaces, méfaits et bris de probation. Il n’avait toutefois aucun antécédent à caractère sexuel.

La juge a aussi souligné le fait que les crimes commis impliquaient plusieurs victimes, dont des enfants mineurs, et qu’il y avait aussi une preuve de planification et de préméditation. De plus, le rapport présentenciel a été négatif et a conclu à un risque de récidive élevé. Même si cela n’est pas considéré comme un facteur aggravant, il a été nommé que l’accusé n’avait aucun remords.

Du côté des circonstances atténuantes, il a été reconnu que l’accusé a plaidé coupable aux infractions reprochées. Son enfance malheureuse et la violence familiale ont aussi été retenues.

Plusieurs crimes

En juillet 2018, Martin Duquette et un complice s’apprêtaient à kidnapper une jeune fille de 8 ans afin de la revendre à un groupe criminalisé dans le but d’en abuser sexuellement. Duquette avait été arrêté le 23 août 2018 et avait plaidé coupable d’avoir transmis de la pornographie juvénile et d’avoir utilisé un moyen de télécommunication dans le but de prévoir une agression sexuelle sur une enfant et son enlèvement. Pour l’infraction sexuelle, qui était à l’égard d’une enfant de moins de 16 ans, Duquette s’est vu imposer une peine de 40 mois ; pour la distribution de pornographie juvénile, une peine de 14 mois. 

Il a aussi été reconnu coupable de vol à l’étalage et de bris de probation. Pour ces deux crimes, la juge Boillat a cru bon lui donner des peines d’un mois chacun, concurrentes aux autres peines.

Concernant l’accusation de trafic d’une substance, la peine établie a été de 18 mois consécutifs aux peines imposées dans le dossier de pornographie juvénile et de complot pédophile.

Martin Duquette a aussi été déclaré délinquant à contrôler pour les dix prochaines années.