Les chevreuils sont très présents dans la région et ils occasionnent de plus en plus de dommages dans les cultures.
Les chevreuils sont très présents dans la région et ils occasionnent de plus en plus de dommages dans les cultures.

Chasse au chevreuil: les propriétaires terriens mis à contribution

Les chevreuils sont très présents dans la région et ils occasionnent de plus en plus de dommages dans les cultures. «Ils mangent le soya, les arbres que je plante pour les bandes riveraines, et même les sapins!» de dire l’agronome Isabelle Martineau. Jusqu’au 10 juin, les chasseurs et les propriétaires d’un terrain de 10 acres et plus peuvent s’inscrire à un tirage au sort pour se procurer l’un des permis de chasse au cerf sans bois, autrement dit les femelles et les jeunes.

Cette semaine, Mme Martineau fait le tour des agriculteurs qu’elle accompagne pour le compte du club conseil Gestrie-Sol afin de promouvoir la nouvelle. «Une dizaine d’agriculteurs du bassin versant du lac Boivin nous ont signalé à plusieurs reprises à quel point les chevreuils représentaient une nuisance pour eux», souligne-t-elle.

Comme des vaches au pâturage

Selon l’agronome, les chevreuils broutent aussi la luzerne, mangent les feuillus. «Tout le foin qu’ils mangent, c’est ça de moins pour les vaches, explique-t-elle. Certains agriculteurs près de Granby me disent qu’il y a tant de chevreuils que c’est comme s’ils avaient un troupeau de vaches au pâturage!»

Et c’est sans compter les dindons et les bernaches qui mangent des semis. «Ça peut faire des ravages dans un champ.»

Au niveau des bandes riveraines, «je suis obligée de vraiment tout protéger, insiste-t-elle. J’ai de magnifiques noyers [sur une de nos installations] dont ils ont enlevé l’écorce avec leurs bois. Ils ont mis à terre des épinettes de cinq pieds de haut et ils broutent les sapins».

Cette sensibilisation auprès des agriculteurs de la région est le fait du club conseil Gestrie-Sol et cette action a été mise de l’avant, car «tout est relié dans l’agriculture, rappelle Mme Martineau. C’est un monde complexe dans lequel les agriculteurs ont toutes sortes d’enjeux à vivre».

Meilleur contrôle du cheptel

Un maximum de propriétaires de terrains de 10 acres (4 hectares) et plus sont donc invités à participer au tirage au sort. L’abattage de cerfs sans bois, notamment les femelles, est selon Gestrie-Sol une méthode efficace de réduction du cheptel, car elle limite les naissances.

Au coeur de notre région, la zone 5 ouest, avec 4000 permis d’abattage, permettra l’abattage de quelque 8000 bêtes. Elle est en effet la seule zone de la région autorisant chaque chasseur à tuer deux cerfs sans bois, comparativement à un seul dans les autres zones de la région.

Les propriétaires pourront disposer de deux permis maximum et ne sont pas obligés d’être eux-mêmes chasseurs pour s’en prévaloir. En effet, les non-chasseurs parmi eux pourront désigner deux personnes qui se verront alors attribuer des permis de cerf sans bois.

Un chasseur désigné par plusieurs propriétaires terriens pourrait théoriquement cumuler plusieurs permis. Notons également que le chasseur peut partager ce permis de chasse avec sa famille immédiate.

Plus de 1000 permis dédiés aux propriétaires de terrains sont disponibles au tirage au sort (voir à la fin du texte).

Zones 

La région couverte par La Voix de l’Est est incluse dans les zones de chasse 5 ouest (au sud de Granby, de Farnham à Sutton), 5 est (sud du mont Orford, de Lac-Brome à l’ouest du lac Memphrémagog), 6 nord (de Granby à Kingsey Falls) et 8 est (baie Missisquoi, Saint-Césaire, Saint-Pie). À chacune d’entre elles est attribué un nombre de permis.

Au coeur de notre région, la zone 5 ouest, avec 4000 permis d’abattage, permettra l’abattage de quelque 8000 bêtes. Elle est en effet la seule zone de la région autorisant chaque chasseur à tuer deux cerfs sans bois, comparativement à un seul dans les autres zones de la région.

Cette année, plus de 39000 permis spéciaux de cerf sans bois seront ainsi délivrés dans les différentes régions du Québec.

La chasse à l’arc et à l’arbalète sera permise du 3 au 21 octobre, l’utilisation du fusil étant prévue seulement du 17 au 21.

Pour se prévaloir de ces permis de chasse au cerf sans bois, il faut s’inscrire à un tirage au sort effectué par la Société des établissements de plein air du Québec. Pour ce faire, il faut s’inscrire en ligne au www.sepaq.com/tirages (permis spéciaux de cerfs sans bois) ou par téléphone au numéro sans frais 1 800 665-6527. La période d’inscription se termine le 10 juin 2020.