Grande amie de Chantale Gagnon (à gauche), Odette Martin ne cherche qu’à aider la femme éprouvée par la perte de son mari, Jocelyn Lebaque, décédé accidentellement lundi. Elle a pris en main la planification des tâches à effectuer par des bénévoles sur la ferme, dans les jours et les semaines à venir.

Chantale Gagnon : «J’ai pardonné au conducteur»

Chantale Gagnon pardonne au conducteur de la camionnette qui lui a enlevé son mari lundi à l’entrée du village de Stratford.

« J’ai pardonné au conducteur du pick-up qui a causé la collision. J’ai parlé à sa famille qui demeure dans un village de la région, comme moi. Ce n’est qu’un accident. Ils ont même effectué des manœuvres pour venir en aide à Jocelyn », a-t-elle rappelé à La Tribune par téléphone.

À LIRE AUSSI: Cycliste fauché à Stratford: Pierre Gosselin remis en liberté

Elle a spécifié, en s’excusant presque, qu’elle veut vivre sa peine de façon intime et réservée, n’ayant pas de temps pour rencontrer les journalistes. 

Elle a quand même pris le temps de dire qu’elle appréciait la solidarité régionale à son égard et invite les gens à ne garder que les côtés positifs de toute l’histoire.

Sur Facebook, elle a livré un texte très touchant où elle parle de la mort de son amour, « de mon meilleur ami, du meilleur partenaire de travail possible mais aussi d’un grand jardinier, un de ceux qui croient qu’il est toujours possible de faire mieux pour la planète, un passionné à tous les égards… Je veux que le rêve que nous avions en commun continue de vivre… Je tiens ici à remercier tous ceux et celles qui apportent leur soutien de différentes manières. »

Le message ajoute qu’il n’y aura pas de funérailles, d’exposition, ni d’office religieux, selon les volontés de son mari. Un rassemblement en guise d’au revoir est à venir à la ferme.

Elle ajoute plus loin : « … je n’ai aucune haine ni rage, envers le conducteur et sa femme… Quant au fait qu’il y avait de l’alcool au volant, qui n’a jamais fait l’erreur dans sa vie de conduire avec peut-être un peu d’alcool en trop ou même qui peut dire tout simplement qu’il n’a jamais fait d’erreur? J’ai déjà pardonné et je sais pertinemment que c’est un accident… Jocelyn sera dans mon cœur et dans ma tête pour toujours, un amour pareil n’a pas de fin. »

Jardins au pas de l’âne à Stratford : Odette Martin appelle les renforts

Odette Martin a tenu parole. La trésorière du Marché public de Lac-Mégantic s’est rendue jeudi chez sa grande amie Chantale Gagnon, des Jardins au pas de l’âne, de Stratford, qu’elle cherche à aider après la mort de son mari Jocelyn Debaque, renversé sur son vélo à Stratford, lundi.

Avec Alexandre Marleau, maraîcher à Rouge Tomate de Saint-Ludger, ils ont effectué un inventaire complet des tâches à assumer pour alléger le fardeau de Chantale Gagnon, grandement éprouvée, en pleine saison des récoltes de légumes.

« Nous avons fait le tour au complet de ce qu’il y a à faire, a-t-elle confié. Nous sommes solidaires à sa cause. C’est une femme qui travaille dans les champs et qui a besoin de bras. La priorité, il y a quatre jardins à désherber en premier pour laisser pousser les légumes. Dès demain après-midi (vendredi), il faut s’y atteler. Cinq bénévoles de 13 h à 16 h, et le lendemain, cinq autres de 8 h à midi. Et toute la semaine prochaine, il y aura des roches à ramasser dans de nouveaux champs, du débroussaillage à faire, des contours de champs où couper des mauvaises herbes, il faudra aussi couper des branches sur de petits arbres pour faire du paillis. Évidemment, ce sera remis s’il pleut, on ne peut patauger si le sol est humide », décrit Mme Martin.

Besoin de bras

Elle lance un appel à tous, pour de l’aide pour des gens capables de manœuvrer une scie à chaîne ou une débroussailleuse.

« Il y a également des insectes à déloger d’un coin de jardin, de l’ail à couper. Il y a 1200 gousses suspendues dans la grange qu’il faut tailler pour la vente, auxquelles il reste encore quelques jours seulement de séchage. Il faudra les tailler et enlever les cheveux au milieu de la semaine prochaine. Il y a un peu de binage à la main à effectuer, des légumes à déshydrater pour des produits qu’elle vend. À la fin août, il y aura les patates à récolter avec l’âne, tous les oignons à couper qu’on laisse grossir actuellement », énumère-t-elle.

Et ce n’est pas tout. « Il y aura aussi des clôtures et des tuyaux à rentrer, de la faux à manipuler, mettre du plastique pour l’hiver et faire mourir les herbes en créant de l’engrais vert. On planifie d’agir jusqu’à l’automne. » De l’ouvrage à profusion.

Le neveu de Jocelyn Debaque arrivera de France mardi. Comme Chantale Gagnon doit aller le chercher à l’aéroport, il n’y aura pas de travaux qui s’effectueront ce jour-là. « Cela va lui faire du bien de décrocher pour accueillir une personne de sa parenté. Il demande un visa de six mois pour l’aider. »

Mme Martin songe aussi à contacter Chantal Lacroix, de l’émission « Donnez au suivant », de TVA. « Chantale [Gagnon] avait idée de rénover un hangar pour y demeurer, puisque sa mère habite sa maison. J’espère que ce sera admissible pour l’aide de Chantal Lacroix. »

« Je veux aussi inviter les gens à venir dîner au Marché public, samedi. C’est seulement 10 $, breuvage inclus, et tout l’argent ira à Chantale Gagnon, pour l’aider. »