Marie-Claude Bibeau

Bibeau dit aux producteurs de «ne pas paniquer»

« Je dis aux gens de ne pas paniquer. Nous nous sommes engagés à compenser les producteurs et nous allons travailler ensemble afin de trouver la meilleure solution. »

La députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, a défendu sur les tribunes l’entente conclue entre le Canada et les États-Unis tard dimanche soir pour un nouvel accord de libre-échange comprenant aussi le Mexique.

Lire aussi: Nouvel ALÉNA: Legault et Lisée déçus; Couillard circonspect

Accord États-Unis-Mexique-Canada: Justin Trudeau se pose en sauveur de la gestion de l'offre

Après avoir brulé l’ALÉNA, Trump adore la nouvelle entente avec le Canada et le Mexique

« Nous avons sauvé la gestion de l’offre. Nous avons trouvé un terrain d’entente qui sera bon économiquement pour le Québec et le Canada », soutient la ministre du Développement international.

« La gestion de l’offre est au cœur des préoccupations de notre région et de Compton-Stanstead. »

L’entente, conclue après 13 mois de négociations difficiles et unissant les trois pays signataires, s’appellera l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC). Le Canada accorde l’équivalent de 3,6 pour cent de son marché aux producteurs laitiers américains.

Mme Bibeau mentionne que les compensations pourraient être versées sous forme de subventions aux producteurs. Le nouvel accord aura des répercussions positives sur l’économie canadienne. « Ça représentera donc des revenus pour l’État. Avec ces entrées de fonds, nous pourrons compenser les producteurs touchés », explique-t-elle.

« Il n’y a pas eu abolition de la gestion de l’offre comme il était réclamé du côté américain. Cette entente nous permettra de préserver les fermes familiales. C’est un choix de société que nous avons fait. Nous accordons 3,5 pour cent de plus mais nous allons discuter avec l’industrie pour trouver le meilleur moyen de compenser les gens touchés. » 

Trahison 

Le député de Sherbrooke Pierre-Luc Dusseault n’a pas de félicitation à faire au gouvernement de Justin Trudeau à la suite de la conclusion du nouvel accord de libre-échange. M. Dusseault parle même d’une trahison des libéraux fédéraux.

En pliant devant les lubies de Donald Trump, ils trahissent nos producteurs et nos agriculteurs sous gestions de l’offre, dit-il. Ces gens travaillent d’arrache-pied pour offrir aux Québécois et aux Canadiens des produits locaux de qualité. 

Selon lui, en ouvrant ainsi un accès supplémentaire au marché canadien, Justin Trudeau a préféré s’écraser devant les menaces du président américain plutôt que de se tenir debout pour notre secteur agricole. 

« Depuis qu’il est premier ministre, Justin Trudeau a toujours refusé de s’engager à protéger intégralement la gestion de l’offre. Ce matin, on comprend qu’au fond il n’a jamais eu l’intention de défendre ce précieux système pour les agriculteurs et les producteurs de chez nous », s’insurge Pierre-Luc Dusseault. 

« Les libéraux n’ont pas eu le courage de se tenir debout et de clamer haut et fort que le bien-être des agriculteurs locaux est plus important que de satisfaire les demandes des Américains, ajoute le député. Pourtant, mes collègues et moi l’avons répété à maintes reprises au gouvernement qui a préféré foncer tête baissée, au lieu d’écouter les Québécois, les agriculteurs et les producteurs. »

Le député NPD fait remarquer que la protection de la gestion de l’offre était un cheval de bataille de Mme Bibeau, lors de la dernière élection fédérale.

« J’invite les producteurs, les agriculteurs et les Estriens à faire entendre leur mécontentement face aux décisions de ce gouvernement libéral qui vient de les trahir. De mon côté, j’ai toujours été là pour les gens de chez nous, et c’est ce que je vais continuer de faire! », a conclu M. Dusseault. 

« Les producteurs agricoles ne pourront pas concurrencer les Américains. Ils n’ont pas les mêmes obligations. Nous avons ici la top qualité. Est-ce qu’il y aura des hormones dans le lait qui viendra des États-Unis? »