L’enfant qui a été mordu par le chien de type pitbull a subi des blessures au visage et au bras.

Bébé mordu par un pitbull à Louiseville: «le chien n’avait jamais été méchant»

Louiseville — Au lendemain de l’incident impliquant un pitbull qui a mordu son enfant de seulement un an et demi à plusieurs endroits, la mère de la victime a toujours du mal à comprendre pourquoi le chien de son conjoint s’en est pris à son petit garçon.

«Le chien n’avait jamais été méchant. Il a tout le temps été gentil, mes enfants faisaient ce qu’ils voulaient avec...Ils se couchaient dessus, ils l’embrassaient, le chien les lichait, donc on ne sait pas ce qui s’est passé pour que ça en vienne là», explique-t-elle. Comme le chien appartenait à son conjoint, les enfants de cette dernière étaient habitués de côtoyer l’animal.

L’incident a eu lieu lundi matin, dans une résidence de Louiseville. Le tout s’est déroulé en quelques secondes seulement. La mère de l’enfant n’a eu le temps que de se rendre à la salle de bain avant que le chien de type pitbull ne s’attaque à la petite victime. Le conjoint de celle-ci se trouvait à quelques pieds des enfants, c’est donc lui qui a retiré le chien qui s’en prenait au petit garçon.

L’enfant a été transporté à l’hôpital et il y demeurera encore pour trois à quatre jours. Le chien a blessé la victime au niveau du visage et du bras, endroits où le garçon a dû subir des opérations. Il pourrait avoir besoin d’une autre opération au cours des prochains jours. Pour ce qui est des séquelles de cette attaque, la victime pourrait avoir une force réduite au niveau de la main, mais cela reste toujours à voir. «Il est passé à 2-3 millimètres d’avoir les artères touchées», affirme la mère de l’enfant.

Le chien a été euthanasié

Dès que l’incident est survenu, le maître du chien a choisi de faire euthanasier l’animal, et ce, sans hésitation. «Il a appelé tout de suite à la SPA et ils sont venus le chercher», indique la mère de la victime. C’est donc lundi que le chien a été euthanasié par la SPA Mauricie, à la demande de son propriétaire.

La mère du petit garçon a affirmé que la morsure était à 2-3 millimètres de toucher les artères de l’enfant.

Comme ni le chien ni le maître n’avaient été impliqués dans des incidents auparavant, ils étaient tous deux inconnus de la SPA Mauricie, qui couvre le territoire de Louiseville. «Il n’y a pas d’antécédent de morsure, pas de constat, rien de tout cela», affirme Sarah-Lise Hamel, directrice générale adjointe de la SPA Mauricie.

Vers un règlement plus sévère à Louiseville?

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, était visiblement troublé au lendemain de l’incident qui a engendré des blessures importantes à l’enfant qui a été mordu. «Je sympathise beaucoup avec la famille. Un petit enfant d’un an et demi à l’hôpital, ça ne doit pas être drôle», affirme-t-il.

Cet incident pourrait relancer le débat sur la muselière à Louiseville, où les chiens de plus de 5 kg (11 livres) doivent déjà en porter lors d’événements publics comme le Festival de la galette ou les festivités de la fête nationale. Le maire a en effet mentionné que ce règlement pourrait éventuellement devenir applicable en tout temps sur la rue Saint-Laurent, si les citoyens en ressentent le besoin. «S’il y a de plus en plus de demandes, si les gens ont peur, je vais bouger, ça, c’est sûr et certain», dit-il.

C’est le deuxième incident impliquant un chien qui survient à Louiseville en un an. L’été dernier, un chien de type rottweiler avait sauvagement attaqué un chat en pleine rue, causant la mort de celui-ci. Cette attaque avait elle aussi ramené le sujet de la muselière sur la place publique. «Un animal a des dents et des griffes, donc ça peut être dangereux en tout temps», résume M. Deshaies.

De son côté, la mère de l’enfant croit que l’interdiction de ce type de chien est nécessaire, elle qui n’a jamais eu entièrement confiance envers les animaux. «Même s’ils sont gentils, à un moment donné, il peut arriver des accidents», dit-elle.

La SPA Mauricie rappelle par ailleurs aux parents de jeunes enfants de rester vigilants, surtout lorsqu’on parle de laisser un enfant seul avec un animal. «Il faut rester alerte aux signaux des animaux. Lorsqu’un animal grogne ou lorsque l’animal jappe, il peut nous indiquer qu’il a besoin d’espace», indique Mme Hamel.