Éric Michaud a échoué dans sa tentative de reprendre sa liberté

Bébé brûlé aux mains: des détails à glacer le sang

SHAWINIGAN — Éric Michaud, cet individu de 37 ans qui est soupçonné d’avoir délibérément brûlé les mains d’un bébé âgé de 15 mois, a échoué dans sa tentative de reprendre sa liberté pour la durée des procédures judiciaires.

Au terme d’une enquête sur caution qui s’est tenue, mercredi, au palais de justice de Shawinigan, le juge David Bouchard a en effet conclu qu’il y avait encore des probabilités marquées qu’il commette d’autres infractions criminelles et qu’il tente de nuire à l’administration de la justice. Pour ce faire, il s’est basé entre autres sur la gravité des infractions qui lui sont reprochées, la qualité de la preuve, son profil personnel et ses antécédents judiciaires dont de nombreux bris de promesse, d’engagement et de probation. Il a également tenu compte des garanties offertes par le prévenu et des membres de sa famille qui selon lui, ne seraient pas suffisantes dans les circonstances. 

L’enquête sur caution a d’ailleurs permis d’en apprendre davantage sur les circonstances entourant les blessures subies par le bébé le 29 juillet dernier à Shawinigan. À la demande de la procureure de la Couronne, Me Émilie Goulet, l’enquêteur Alain Gaucher a livré un témoignage dont les détails étaient de nature à glacer le sang. Toutefois, en raison d’une ordonnance de non-publication, il nous est interdit de dévoiler le contenu de son témoignage et de tout élément de preuve. 

Par la suite, Me Pierre Spain a fait entendre son client, Éric Michaud, un beau-frère et une tante de celui-ci.

Rappelons que l’événement était survenu dans une résidence de la 11e Avenue, secteur de Grand-Mère. La fillette avait été gravement brûlée aux mains. Elle avait été transportée au Centre hospitalier Sainte-Justine de Montréal. Depuis, elle a quitté l’hôpital mais elle risque de garder des séquelles permanentes.

Au cours des semaines suivantes, les policiers de la Sûreté du Québec avaient déclenché une vaste opération pour faire la lumière sur cet événement, soupçonnant qu’il pouvait s’agir d’un cas de maltraitance. 

Le 2 novembre, deux personnes avaient été arrêtées. Éric Michaud avait été accusé de voies de fait graves et négligence criminelle causant des lésions corporelles. Quant à la femme, âgée de 22 ans, elle avait été accusée d’avoir omis de fournir les soins nécessaires à l’existence d’un enfant alors qu’il se trouvait dans le dénuement ou le besoin. Elle va pour sa part comparaître officiellement le 18 décembre. 

Cette dernière était d’ailleurs présente dans la salle d’audience. En apprenant que Michaud devait demeurer détenu, elle a éclaté en sanglots. Michaud était lui aussi visiblement très déçu de la décision. Il sera ramené en cour le 8 décembre.