Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Michaël Raymond a plaidé coupable au palais de justice de Granby à deux des trois accusations auxquelles il faisait face.
Michaël Raymond a plaidé coupable au palais de justice de Granby à deux des trois accusations auxquelles il faisait face.

Attouchement d’un mineur : un ancien enseignant plaide coupable

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Accusé de crimes de nature sexuelle commis envers un mineur, un ancien enseignant d’éducation physique au primaire à Bedford et Notre-Dame-de-Stanbridge, en Montérégie, a reconnu ses torts devant le tribunal.

En Cour du Québec, Michaël Raymond, 32 ans, a récemment plaidé coupable à deux des trois accusations auxquelles il faisait face. L’homme de Saint-Jean-sur-Richelieu a reconnu avoir touché une partie du corps d’un enfant âgé de moins de 16 ans et de l’avoir incité à le toucher.

Les gestes reprochés sont survenus en 2009 et 2010, à Bedford, et n’ont pas été posés dans un cadre scolaire. Une accusation d’agression sexuelle pesait également contre M. Raymond, mais les procédures ont été arrêtées sur ce chef. Le dossier doit revenir devant la cour, pour la forme, en avril.

Père de trois enfants, l’accusé avait été arrêté à l’été 2020 et avait comparu une première fois en cour en août relativement à cette affaire. Il est suspendu de son poste d’enseignant depuis ce temps. Au terme de sa comparution, M. Raymond a pu recouvrer sa liberté en échange d’un engagement de 1000 $.

Interdictions

D’ici la fin des procédures, il lui est interdit de communiquer avec le plaignant, de fréquenter des endroits où pourraient se trouver des mineurs et d’accepter tout emploi ou travail bénévole où il pourrait en côtoyer. Il lui est également interdit de communiquer avec des mineurs via Internet.

Michaël Raymond était enseignant d’éducation physique depuis plusieurs années et a aussi travaillé dans les camps de jour. Il n’avait pas d’antécédent judiciaire.

Il s’expose maintenant à une peine pouvant aller jusqu’à 14 ans de prison. Il est défendu par Me Nicolas Cossette, tandis que Me Valérie Simard-Croteau représente le directeur des poursuites criminelles et pénales.