Éric Laroche-Laflamme

Attaque à l'arme à impulsion électrique : deux individus comparaissent

Un homme s’en est pris à son ex-conjointe en déchargeant à une dizaine de reprises une arme à impulsion électrique lundi soir dans l’arrondissement de Fleurimont.

Éric Laroche-Laflamme a été accusé, mardi, de voies de fait avec une arme à impulsion électrique, de possession d’arme prohibée, d’avoir eu en sa possession une arme prohibée dans un véhicule, de menaces de mort, de méfait, de harcèlement criminel et de bris de probation devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

La procureure aux poursuites criminelles Me Isabelle Dorion s’est opposée à la remise en liberté de l’homme de 31 ans.

Éric Laroche-Laflamme s’est présenté sur la rue d’Alençon où il a trouvé son ex-conjointe dans un véhicule avec deux autres femmes, lundi vers 21 h 50.

« Le suspect était agressif. Il a cogné à la vitre du véhicule afin que les femmes ouvrent la portière. Ces dernières se sont embarrées dans l’habitacle. Le suspect a alors décidé de défoncer la vitre du véhicule avant de décharger son arme à une dizaine de reprises sur son ex-conjointe », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier. 

Le complice allégué, Denis Bernier, 63 ans, doit répondre de plusieurs accusations dont complicité après le fait, possession d’arme prohibée et d’avoir eu en sa possession une arme prohibée dans un véhicule.

Bernier a pu reprendre sa liberté après s’être engagé à respecter plusieurs conditions de remise en liberté.

Les patrouilleurs du SPS ont été déployés sur place à la suite d’un appel au 9-1-1.

« Le suspect et un complice ont pris la fuite dans un véhicule. Le complice a été retrouvé au centre-ville. Les policiers se sont ensuite rendus au domicile du suspect où ils l’ont retrouvé », mentionne le porte-parole du SPS.

La victime dans cette affaire a été transportée à l’hôpital seulement par mesure préventive.

Éric Laroche-Laflamme a été arrêté puis interrogé, mardi, par les enquêteurs du SPS. Une perquisition a eu lieu à son domicile de la rue Kennedy.

Denis Bernier