Jean Magambo restera à la prison de Gatineau pour ne pas «terroriser sa femme [...] quand elle sera sortie [de l’hôpital]».

Attaque à la machette: l’accusé choisit la prison «pour ne pas terroriser» sa femme

Un Gatinois accusé d’avoir tenté de tuer sa femme à coups de machette, en mars dernier, ne veut plus sortir de prison.

Jean Magambo, 54 ans, a renoncé à son enquête sur remise en liberté, mercredi.

La procédure qu’il vient d’abandonner visait à le maintenir en dehors de murs de la prison, en attendant son procès.

Le tribunal a entendu quatre témoins au dossier, dans le cadre de cette enquête sur remise en liberté.

À LIRE AUSSI

Il aurait tenté de tuer sa conjointe à coups de machette

Tentative de meurtre à la machette: le suspect change d'avocat

« À la suite de l’audition des témoins, mon client a dit ne plus vouloir poursuivre l’enquête sur sa remise en liberté », a dit l’avocate de la défense, Me Mélina Cham.

Depuis la prison de Gatineau, d’où il a comparu par visioconférence, mercredi, Jean Magambo a ajouté qu’il avait pris cette décision de façon délibérée.

« C’est pour ne pas terroriser ma femme qui dit qu’elle ne sera pas tranquille quand elle sera sortie [de l’hôpital]. »

La victime a été grièvement blessée à la tête, lors de l’attaque nocturne survenue dans l’est de Gatineau, dans la nuit du 26 au 27 mars dernier.

La femme est sortie de son coma artificiel, ces dernières semaines. Elle devra subir de nombreuses chirurgies de reconstruction du crâne.

La défense a de plus annoncé qu’elle ne s’opposera pas à la citation à procès, au terme de l’enquête préliminaire prévue cet été.

L’enquête préliminaire devrait être de courte durée et servir à établir les premiers jalons de l’éventuel procès, qui doit avoir lieu plus tard cette année.