Après David Fortin, Guylaine Potvin sur des camions-remorques

Le visage de Guylaine Potvin, agressée sexuellement et assassinée le 28 avril 2000, à Jonquière, circulera à travers la province et même au-delà des frontières. Transport Gilmyr a apposé de nouvelles affiches de cinq victimes, dont Guylaine Potvin, sur ses camions-remorques. Cette série d’affiches est en circulation depuis le 10 mai. C’est l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus qui a lancé cette initiative, il y a quelques mois.

En décembre 2018, la compagnie de camionnage de Montmagny Transport Gilmyr avait décidé d’apposer les visages de personnes disparues sur 30 de ses remorques. Celui de l’Almatois David Fortin en faisait partie. Quelques mois plus tard, la compagnie a décidé de récidiver, en faisant circuler les visages de cinq nouvelles victimes, dont Guylaine Potvin, assassinée il y a 19 ans, alors qu’elle était étudiante au Cégep de Jonquière.

Cette affiche circulera sur les routes de la province, sur les camions de Transport Gilmyr.

La jeune femme a été agressée sexuellement, battue et assassinée dans son appartement de la rue Panet. Guylaine Potvin était originaire de Saint-Eugène-d’Argentenay, au nord du Lac-Saint-Jean.

Le meurtrier n’a jamais été épinglé, mais des résultats d’ADN ont démontré qu’il a fait une autre victime à Québec, quelques mois après le meurtre de Guylaine Potvin. Il avait alors agressé et battu une femme de 20 ans et l’avait laissée pour morte.

Guylaine Potvin a été violée et assassinée dans son appartement de la rue Panet, à Jonquière, en avril 2000.

Pour les parents de Guylaine Potvin, cette nouvelle visibilité pour leur fille pourrait permettre de faire avancer l’enquête. « On espère avoir des réponses un jour, c’est certain. Lorsque nous avions fait un reportage à J.E., l’automne dernier, la police avait reçu des appels, mais nous n’avons pas eu de développement. On espère que ces affiches aideront l’enquête », a affirmé la mère de Guylaine Potvin, Jeanine Caouette, lors d’un entretien téléphonique accordé au Quotidien.

Même après 19 ans, la douleur est toujours bien présente chez les Potvin. « Il y a des périodes plus difficiles que d’autres, comme les anniversaires. Mais nous avons appris à vivre sans elle. Sinon, on ne s’en sortirait jamais. Il ne faut pas non plus donner raison au meurtrier. Il faut penser à nous aussi, a affirmé la dame. On s’accroche à ce qui reste. »

D’autres victimes

Les camions de TransportsGilmyr sillonneront les routes du Québec et sortiront aussi de la province avec les visages de ces victimes. À Guylaine Potvin s’ajoutent Guylaine Bélanger, tuée de plusieurs coups de couteau dans son appartement de Charlesbourg dans la nuit du 11 au 12 février 2006 ; Diane Bélanger, disparue le 7 août 1982 à Montréal ; Marie-Ève Larivière, enlevée puis assassinée le 7 mars 1992 à Laval ; et Albert Villeneuve, victime d’un vol à main armée au commerce Pedlex, à Montréal.

Pour l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus, présidé par Stéphane Luce, faire circuler le visage des victimes est un moyen efficace de raviver des souvenirs. Chaque famille des victimes a donné son approbation pour le projet. Stéphane Luce affirme que d’autres familles de victime peuvent aussi contacter directement l’organisme pour qu’une affiche soit créée pour elles.

+

D'AUTRES DISPARITIONS NON RÉSOLUES

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, certaines disparitions n’ont toujours pas été élucidées. En voici quelques-unes.

• Diane Bonneau est disparue depuis le 19 juin 2012. Elle a été vue pour la dernière fois lorsqu’elle a quitté son domicile du boulevard des Jardins, à Saint-Félicien. Elle n’avait pas amené ses effets personnels ni laissé de mot disant où elle allait. Aucune transaction n’a été effectuée avec ses cartes par la suite. Diane Bonneau avait un petit garçon de 6 ans à l’époque. Des recherches ont été menées dans le secteur de Saint-Félicien. Les plongeurs avaient d’ailleurs fouillé la rivière Ashuapmushuan, mais en vain.

• Hélène Martineau est disparue depuis le 12 avril 2017. Elle a été vue pour la dernière fois au centre commercial Place du Royaume de Chicoutimi. La dame, qui souffrait d’une dépression, vivait à Arvida. Des recherches ont été menées dans les sentiers du Manoir à de nombreuses reprises.

• David Fortin est disparu le matin du 10 février 2009. Le jeune adolescent d’Alma a été vu pour la dernière fois alors qu’il devait se rendre à l’école. Le garçon, qui était victime d’intimidation, avait 14 ans lorsqu’il a disparu. Au cours des 10 dernières années, l’aide du public a été précieuse pour tenter d’élucider cette disparition. Plus de 1000 indices ont été transmis à la police.