Une nouvelle plateforme numérique éducative a été lancée afin de soutenir les jeunes élèves et leurs parents de partout au Québec dans la persévérance scolaire.
Une nouvelle plateforme numérique éducative a été lancée afin de soutenir les jeunes élèves et leurs parents de partout au Québec dans la persévérance scolaire.

Alloprof lance une nouvelle plateforme pour soutenir la persévérance scolaire au Québec

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Une nouvelle plateforme numérique éducative a été lancée afin de soutenir les jeunes élèves et leurs parents de partout au Québec dans la persévérance scolaire.

Mise sur pied par l’organisme d’aide aux devoirs Alloprof, cette plateforme vient faciliter la recherche de sujets et d’exercices adaptés aux besoins des élèves québécois.

Avec ce nouvel outil numérique gratuit, disponible sur le site web de l’organisme, Alloprof entend rejoindre et venir en aide à 80 % des élèves du Québec. L’organisme soutient annuellement 55 % des élèves.

« Avec notre nouveau site web, on introduit des capacités plus accompagnantes. Le site va maintenant proposer des recommandations de contenu en fonction des profils de chaque élève. Donc un élève qui n’arrive pas à identifier la source de ses difficultés se fera recommander des contenus qui sont plus pertinents en fonction de son profil et de ses besoins », explique le directeur de la stratégie d’Alloprof. Marc-Antoine Tanguay.

L’objectif d’Alloprof est d’atteindre 100 millions d’accompagnements annuels d’élèves et de parents. Lors de l’année scolaire 2019-2020, ce sont plus de 47 millions d’accompagnements pour plus de 700 000 élèves québécois qui ont été enregistrés.

« On est toujours dans un processus d’amélioration parce qu’on peut toujours faire mieux. On se rendait compte qu’il y a plus de la moitié des élèves du Québec qui utilisent Alloprof. Pourquoi l’autre moitié ne l’utilise pas ? On s’est rendu compte qu’ils avaient besoin d’un site qui était plus compréhensif de leurs difficultés d’apprentissage. Il y a tellement de contenu sur le site que ça peut être difficile pour certains de s’y retrouver. C’est pourquoi on cherche à leur faciliter la tâche et ainsi rejoindre encore plus d’élèves. »


« Quand les écoles ont fermé au printemps dernier, il y a eu un raz-de-marée vers le site Alloprof. »
Marc-Antoine Tanguay

L’éducation en pleine pandémie

Selon M. Tanguay, la nouvelle plateforme numérique tombe à point pour plusieurs élèves qui ont affiché du retard dans leur apprentissage en raison de la pandémie de COVID-19.

« Quand les écoles ont fermé au printemps dernier, il y a eu un raz-de-marée vers le site Alloprof. Normalement les élèves viennent plutôt le soir, après l’école pendant qu’ils font leurs devoirs. Durant la pandémie, ils venaient sur le site le jour. L’achalandage du site était beaucoup plus élevé et c’est quelque chose qui se manifeste encore maintenant, même si l’année scolaire est déjà amorcée », précise M. Tanguay ajoutant que l’organisme connaît une hausse d’achalandage de 20 % depuis l’an dernier.

« Au printemps on a proposé d’augmenter nos heures d’ouverture pour accommoder les élèves qui faisaient l’école à la maison. Les enseignants n’étant plus dans les écoles pouvaient travailler pour nous toute la journée, donc on a pu ouvrir l’accès aux enseignants par téléphone durant une plus grande partie de la journée. »

M. Tanguay souligne qu’il apprécie grandement le support du gouvernement du Québec dans cette nouvelle aventure d’Alloprof.

« Le ministère de l’Éducation est notre partenaire financier principal. C’est aussi un important partenaire au niveau du développement de la plateforme. On travaille en complémentarité, toujours dans une perspective de soutien à l’apprentissage. »

« De toute évidence, le numérique a un rôle à jouer dans la formation des élèves, et ce rôle est appelé à grandir dans les mois et années à venir. Nous sommes heureux d’investir dans ce projet majeur d’Alloprof qui a l’ambition de contribuer à l’atteinte de nos grands objectifs éducatifs, malgré les défis posés par la COVID-19 », a indiqué de son côté le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Par ailleurs, Alloprof annonce du même coup qu’une vaste étude sur l’impact de sa nouvelle plateforme et de ses fonctionnalités avancées sur la réussite scolaire des élèves sera menée au cours des trois prochaines années. Cette étude contribuera entre autres à bonifier les outils de l’organisme pour améliorer sa contribution à l’éducation au Québec.