Le déménagement d’Anacolor scellé

Anacolor et le gouvernement du Québec viennent de s’entendre pour que l’entreprise qui incommode ses voisins du secteur Cap-Rouge déménage rapidement ailleurs, dans la grande région de Québec.

Le premier ministre Philippe Couillard a profité de l’annonce de la candidate du Parti libéral dans Louis-Hébert mercredi pour confirmer qu’il respecte son engagement de la campagne électorale de l’automne dernier, un engagement pris «les yeux dans les yeux avec les gens de Louis-Hébert», indique-t-il. Le premier ministre dit en faire une question de «confiance» avec les citoyens.

L’entreprise dont se plaint le voisinage en raison de fortes émanations de peinture aura droit à de l’aide du gouvernement pour déménager ses activités. L’entente doit encore être approuvée par les ministères de l’Économie et de l’Environnement de même que le Conseil des ministres avant que les détails ne soient dévoilés, probablement la semaine prochaine. 

M. Couillard s’est montré déterminé à reprendre la circonscription qu’il a perdue aux mains de Geneviève Guilbault de la CAQ lors de l’élection partielle de 2017. Il fait confiance à Julie-Maude Perron, une avocate qui travaille à l’Autorité des marchés financiers, pour incarner «le renouveau» dans son parti. 

Cette mère de deux jeunes enfants, qui vit près de l’usine actuelle d’Anacolor, a expliqué que le déménagement de cette entreprise est un dossier qui la touche personnellement. 

Le ministre responsable de la région de Québec Sébastien Proulx explique qu’il a fallu plusieurs mois à son gouvernement avant de réussir à sceller une entente, car le dossier n’était pas facile à manoeuvrer. «Ça ne pouvait pas aller rapidement. Il n’y a pas de ministère de déménagement d’entreprise au Québec», plaide-t-il. 

Inquiétudes qui subsistent

Zeina Constantin, porte-parole du regroupement pour la qualité de l’air de Cap-Rouge, garde des inquiétudes quant à la date de fermeture de l’usine et aux mesures de transition qui seront prises.

Rappelons que le maire de Québec Régis Labeaume a indiqué en décembre dernier qu’il ne souhaitait pas voir Anacolor s’établir dans un parc industriel de la Ville de Québec, évoquant le manque d’espace. Tout indique que l’entreprise a trouvé un terrain dans une autre ville de la grande région de Québec.