Le Soleil
Les médecins du Centre hopistalier de l’Université de Montréal ont commencé à diminuer la médication de Sabryna Mongeon. La Gatinoise qui a été amputée aux bras et aux jambes commence à comprendre l’ampleur de sa situation, a noté sa sœur Samantha. « Mais elle a un bon moral. Elle fait même des petites blagues. »
Les médecins du Centre hopistalier de l’Université de Montréal ont commencé à diminuer la médication de Sabryna Mongeon. La Gatinoise qui a été amputée aux bras et aux jambes commence à comprendre l’ampleur de sa situation, a noté sa sœur Samantha. « Mais elle a un bon moral. Elle fait même des petites blagues. »

Le début d’une nouvelle vie pour Sabryna

Denis Gratton
Denis Gratton
Le Droit
CHRONIQUE / «Je suis contente d’être en vie, Maman.»