En signant une entente, la Ville de Québec met le Colisée Pepsi sur le marché des amphithéatres en location pour la préparation de spectacles.

Le Cirque s'installe au Colisée

Les artistes du Cirque du Soleil s’installeront cinq semaines au Colisée Pepsi en préparation du spectacle Cortéo présenté en aréna à partir de 2018. La nouvelle est rendue publique au moment où la Ville de Québec va de l’avant avec un projet pilote afin de faciliter la location du vieil édifice pour l’entraînement de troupes de spectacles dans le cadre de la préparation de tournées.

Marie-Hélène Lagacé, directrice principale, relations publiques, au Cirque du Soleil a confirmé vendredi l’information que Le Soleil avait publiée en exclusivité en octobre. En 2011, le Cirque avait déjà occupé le Colisée pendant une dizaine de jours pour les répétitions de la tournée mondiale du spectacle Michael Jackson : The Immortal World Tour.

Cette fois, clowns, jongleurs et trapézistes envahiront le Colisée cinq semaines au cours de l’hiver. Au total, 120 artistes et techniciens participeront à l’élaboration du spectacle pendant cette période.

«Nos spectacles sont créés pour être présentés sous chapiteau. En moyenne, chacun roule une dizaine d’années avant d’être converti pour une présentation en aréna dans des marchés où on ne présente pas le spectacle sous chapiteau. Il y a des différences entre les deux. Il faut adapter le spectacle pour les arénas d’un point de vue créatif. C’est pour ça qu’on avait besoin d’un espace d’entraînement comme le Colisée», explique Mme Lagacé.

Pour Le Cirque, le Colisée est un endroit de choix. «On aime bien travailler à Québec. C’est à proximité de Montréal et de nos équipes de création. Vous savez, dénichez un aréna disponible cinq semaines en hiver, c’est difficile», ajoute la directrice.

Nouveau créneau

La Ville se montre ouverte à faire d’autres locations du genre. Le comité exécutif a entériné jeudi une lettre d’entente avec l’Alliance internationale des employés de scène et des projectionnistes du Canada et des États-Unis (I.A.T.S.E.) qui représente ces travailleurs.

Dans le libellé de l’entente, il est écrit qu’ExpoCité désire explorer un nouveau secteur d’activités. «On se donne un outil pour pouvoir rapidement permettre la location, explique Paul-Christian Nolin, attaché de presse du maire Régis Labeaume. En effet, la convention collective ne couvrait pas cette nouvelle offre de service. 

Le bâtiment inoccupé depuis l’ouverture du Centre Vidéotron en septembre 2015 offre l’espace nécessaire pour les acrobaties et la haute voltige en plus de recréer fidèlement les conditions de production et de diffusion d’une œuvre qui doit faire la tournée des arénas.

Reste à savoir si l’exploration de ce nouveau créneau retardera la démolition du bâtiment construit en 1949. Sur cet aspect, l’attaché de presse ne veut pas s’avancer. 

On savait déjà que l’administration Labeaume proposait d’attendre la fin de la construction du Grand marché dans le pavillon du Commerce pour décider du sort du Colisée, quoique la démolition est l’option la plus plausible. Actuellement, il en coûte environ 120 000 $ par année pour chauffer et entretenir minimalement le bâtiment. L’entente signée avec l’Alliance se termine le 31 décembre 2018.

Après avoir terminé l’entraînement, l’équipe de Cortéo entamera une tournée des arénas. Mme Lagacé peut déjà confirmer que le spectacle sera présenté dans la capitale à une date qui n’est pas encore fixée. Cette fois, les artistes se produiront dans le bâtiment voisin, le Centre Vidéotron.