Affirmant avoir informé l’administration du CHSLD Saint-Augustin de son départ graduel qui s’échelonnera jusqu’au 15 avril, la Dre Louise Côté précise qu’elle adore ses patients et ses collègues, mais qu’elle doit prendre une décision pour sa santé mentale et physique.

Le CHSLD Saint-Augustin perd son unique médecin

Le CHSLD Saint-Augustin, dans Beauport, perd son unique médecin. Dans une lettre envoyée aux quelque 266 patients de l’établissement en début de semaine, la Dre Louise Côté annonce sa démission en raison d’une surcharge de travail extrême dont le ministère de la Santé est «le seul responsable».

Dans sa lettre, Louise Côté commence par rappeler que l’entrée en vigueur de la loi 20, fin 2015, a provoqué  un départ massif de médecins de CHSLD vers les cliniques médicales, tant et si bien que de plus en plus de patients de CHSLD n’ont tout simplement plus de médecin. 

De 13 médecins couvrant les quelque 500 patients du secteur Orléans, à Beauport, il y a trois ans, ils ne sont plus que six, depuis un an, «dont la majorité a une pratique de prise en charge clinique», écrit-elle. 

«Nous couvrons tous une cohorte bien plus grande que ce qui est considéré sécuritaire, et nous sommes toujours à la limite des exigences du Collège des médecins. Deux démissions ont été annoncées de façon officielle pour le 28 février 2018. Pour les 4 médecins qui restent, la situation s’alourdit de façon importante», explique l’omnipraticienne.

Affirmant avoir informé l’administration du CHSLD Saint-Augustin de son départ graduel qui s’échelonnera jusqu’au 15 avril, la médecin précise qu’elle adore ses patients et ses collègues, mais qu’elle doit prendre une décision pour sa santé mentale et physique. 

«Si vous avez des plaintes à formuler, je vous suggère d’en faire part au Ministère de la Santé, seul responsable de la situation dans les CHSLD. C’est au Ministère à changer ses lois pour que nos patients en CHSLD “comptent” dans la prise en charge par les médecins. Après tout, les soins en CHSLD sont un prolongement des soins en communauté», écrit Dre Côté dans sa lettre avant de terminer en s’excusant à ses patients. 

«Il n’y a pas de mots pour exprimer mon désarroi, mais je ne me sens plus capable de vivre cette situation, étant seule médecin au CHSLD. Je vous prie d’accepter mes plus profondes excuses.»

Déjà à l’heure actuelle, il y a déjà 275 lits en découverture médicale sur le territoire de la Capitale-Nationale, selon le CIUSSS.

Ces dernières semaines, Le Soleil a fait état de divers problèmes liés à l’absence de médecin dans les CHSLD, notamment concernant l’accès aux soins palliatifs.  Avec Élisabeth Fleury