Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’homme derrière le projet du Chronoscope, le professeur de l’ENAP Christian Boudreau.
L’homme derrière le projet du Chronoscope, le professeur de l’ENAP Christian Boudreau.

Le Chronoscope: à la recherche du passé perdu

Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
À notre époque numérique foisonnante, les photographies patrimoniales qui rappellent notre passé n’ont jamais été aussi accessibles au plus grand nombre. Les faire parler reste toutefois une autre histoire. Ce cliché de Gilles Valiquette et de Pierre Bertrand sur une scène, pendant le Festival d’été, c’était où? Ces vacanciers sur un lac de Portneuf et ces jeunes joueurs du Tournoi international de hockey pee-wee, qui sont-ils? Cette photo d’un certain restaurant Tintin, angle Cartier et Aberdeen, c’était quand?

Les réponses à ces questions reposent entre les mains des passionnés d’histoire. L’instigateur du projet Chronoscope, Christian Boudreau, aimerait bien mettre à profit leurs connaissances et leur mémoire.

Qu’est-ce que le Chronoscope? «C’est d’abord une plateforme numérique qui permet aux citoyens d’avoir accès à de belles photos à valeur historique, répond le professeur chercheur à l’École nationale d’administration publique (ENAP). Mais ça va plus loin, ça permet aussi de leur demander d’enrichir ces photos, en les commentant, les décrivant, les datant ou en les géolocalisant sur une carte.»

Autrement dit, le participant quitte sa posture de spectateur pour devenir contributeur. Le célèbre photographe Henri-Cartier Bresson n’a-t-il pas déjà dit que «la photographie est un moyen de questionner le monde et de se questionner soi-même en même temps»?

Premier au Canada

Ce projet, le premier du genre au Canada, repose sur la «participation citoyenne de type externalisation ouverte» (ou crowdsourcing) a été lancé en mai 2019. La Ville de Québec, forte de quelque 100 000 clichés, est l’un de ses principaux partenaires.

Plutôt que de voir des dizaines de milliers de photos d’archives dormir à l’abri des regards, après leur numérisation, le Chronoscope permet d’en assurer la diffusion et d’en documenter l’origine, dans la mesure où chaque participant accepte de mettre l’épaule à la roue au nom du bien commun. Le regroupement par albums — le Carnaval, les tavernes, les sports d’été, les magasins, les quartiers de Québec... — permet d’aiguiller l’internaute vers ses champs d’intérêt.

L’intérêt de la plateforme permet de regrouper au même endroit des milliers de photos et de les mettre en valeur. La Société historique de Québec en diffuse sur sa page Facebook pour ses 30 000 membres, mais il faut aller plus loin, croit

M. Boudreau. «C’est plaisant sur le coup, sauf que ça défile et ensuite ça disparaît.»

De bonne valeur

En janvier dernier, plus de 9000 personnes avaient contribué au Chronoscope, avec l’ajout de mots-clés, de dates ou de commentaires, mais la fréquentation a diminué depuis. Il apparaît aussi que ce sont les mêmes internautes qui alimentent le site. Quelque 10 % des visiteurs sont responsables de 60 % des contributions. «Le défi que pose ce genre de projet, c’est que les gens sont davantage portés à consulter qu’à contribuer», soutient le professeur Boudreau.

Afin d’amoindrir les craintes des professionnels du patrimoine documentaire, plusieurs stratégies ont été mises de l’avant pour valider les résultats, dont un système de vote de validation par les pairs. Jusqu’à maintenant, sur un échantillon de 1236 contributions, seulement une vingtaine ont été jugées erronées. «La majorité des contributeurs semblent être de bonne valeur, ceux qui contribuent sont généralement des amateurs d’histoire», termine M. Boudreau.

Cette vieille photo noir et blanc d’un incendie à Québec, c’était quand et où? Et cette taverne, dans quel quartier était-elle située? Ces duchesses du Carnaval, qui sont-elles? Ces employés du Soleil, c’était qui?

À vous de jouer, citoyens.

Pour en savoir davantage :

https://www.chronoscope.net/

https://chronoscope.net/albums/141

+

Le Soleil partenaire dans l’aventure

La chronique D’hier à aujourd’hui, pilotée par Patrice Laroche et Jean-Simon Gagné, connaît un vif succès auprès des lecteurs du Soleil, avec ses deux images du même endroit de Québec, à l’époque et ce à quoi il ressemble de nos jours. Un partenariat avec l’ENAP et l’équipe du Chronoscope mettra davantage en valeur ces archives. La plateforme intègrera ces photos anciennes dans un album en lien avec Le Soleil. D’autres photos associées au passé de votre quotidien viendront aussi enrichir la collection.  Normand Provencher