La distribution des billets commençait seulement à 10h. Des bénévoles étaient sur place pour servir du café ou des biscuits aux amateurs de musique de Noël, ils faisaient preuve de patience.
La distribution des billets commençait seulement à 10h. Des bénévoles étaient sur place pour servir du café ou des biscuits aux amateurs de musique de Noël, ils faisaient preuve de patience.

«Le chemin de Noël»: près de 4 heures d’attente pour des billets

La file était longue devant le Palais Montcalm samedi matin… Les citoyens voulaient mettre la main sur l’un des 850 billets gratuits du concert du 23 décembre, «Le chemin de Noël».

Depuis quatre ans, le chef d’orchestre Bernard Labadie et Les Violons du Roy offrent un «moment de recueillement collectif» plutôt qu’un concert à la population québécoise, le 23 décembre, et les billets s’envolent rapidement.

Vers 9h30, l’entrée du Palais Montcalm était pleine, on avait bien installé les gens en file indienne sur tous les étages, devant les comptoirs. 

«On a à peu près la même quantité de personnes que l’an dernier. La première personne que j’ai vue est arrivée à 6h!» indique le chef des opérations, Martin Jolicoeur.

La distribution des billets commençait seulement à 10h. Des bénévoles étaient sur place pour servir du café ou des biscuits aux amateurs de musique de Noël, ils faisaient preuve de patience.

«Il y a beaucoup de gens qui fréquentent le Palais de Montcalm depuis longtemps, il y a des gens pour qui ce genre de musique les anime, pour eux c’est l’équivalent d’un show de rock. On le fait juste une fois par année, c’est une tradition qui commence à devenir très populaire à Québec», continue M. Jolicoeur.

Le 23 décembre, les spectateurs auront droit à une alternance de chants de Noël interprétés par le chœur de la Chapelle de Québec et de lectures récitées par la comédienne Hélène Florent, sous la direction de Bernard Labadie.

La soirée est souvent décrite comme une occasion de rencontre, un moment de mémoire, de réflexion et de partage. Tous les dons volontaires recueillis sont remis à la Fondation Gilles Kègle.

«À 10h, on commence à donner les billets. Étant donné que tout le monde est bien installé en file, ça va vite. Après une demi-heure, les billets sont quasiment tous remis. Ça fait partie du jeu, ils aiment faire la file.»

Depuis quelques années, les ventes de billets dites «old fashion» sont plus rares, il est maintenant possible de tout se procurer sur Internet, donc pas de file et pas de déplacements. Certaines personnes aiment retrouver cette ancienne tradition.

«Un beau cadeau» 

«Je suis arrivé à 6h25, juste après la première personne!» a lancé Pierre Richard, tout content. 

Pour lui, le temps d’attente de samedi et un petit prix à payer pour profiter gratuitement de la soirée du 23 décembre prochain. 

«C’est comme rencontrer le divin, assister à ce concert-là, c’est ce que j’ai vécu de plus près de ça. C’est un privilège. Ça vaut le coup d’attendre pour les billets. On a la chance de placoter pendant tout ce temps-là avec des gens agréables. On rencontre de nouvelles personnes», exprime-t-il. 

M. Richard soutient qu’après avoir vécu le concert une fois, il devient impossible de le manquer.

«C’est un vrai beau cadeau que nous fait Bernard Labadie.»

Il n’était pas le seul lève-tôt de la foule, Jacques Verret était arrivé vers 6h30, il avait même amené un ami avec lui. La limite de billets est de deux par personne.

«C’est très beau, un bel événement. Ça vaut l’attente! C’est l’esprit de Noël… je n’aime pas attendre, c’est sûr, mais là c’est une tradition.»

M. Verret en sera à sa troisième expérience au Chemin de Noël

Pour ceux qui n’auront pas réussi à se procurer un billet, le concert sera diffusé dehors à la place D’Youville durant la soirée, avec une animation toute spéciale sur la patinoire.