Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les travaux du pont Lavigueur coûteront 890 000 $.
Les travaux du pont Lavigueur coûteront 890 000 $.

Le centenaire pont Lavigueur en chantier jusqu’au mois d’août

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Vieillissant, le petit pont métallique vert de la Pointe-aux-Lièvres, construit en 1916 durant le premier mandat du maire Henri-Edgar Lavigueur, profitera d’une cure de jouvence qui s’étirera jusqu’au mois d’août.

«Les travaux visent à remplacer des pièces d’acier, qui en sont à la fin de leur cycle de vie utile, situées sous le pont», indique la conseillère en communication municipale Wendy Whittom. «L’entrepreneur prendra des mesures pour la fabrication des pièces en février et les travaux de pose auront lieu de mars à août environ.»

Un document officiel récemment diffusé offre quelques détails techniques supplémentaires qui plairont aux amateurs d’ingénierie : «Les travaux consistent en la réfection du pont Lavigueur incluant les renforcements des goussets d’appui standards des axes, des appareils d’appui rotule, des cordes inférieures au droit des connexions et des goussets extérieurs, le renforcement partiel de goussets intérieurs et le remplacement d’un élément de portique endommagé.»

Plus facile à comprendre pour le commun des mortels (!), il est noté que l’entrepreneur ajoutera également des «plaques de protection contre l’infiltration de la neige».

Dans le document annonçant l’octroi du contrat, l’administration municipale prévient les usagers : «Une fermeture du pont avec chemin de détour est à prévoir.»

Après vérification, Wendy Whittom note cependant que les ouvriers devraient être en mesure de ne pas bloquer le passage. «Il s’agit de travaux de mise à niveau limités à la structure, il n’y a aucune intervention sur le tablier. De ce fait, il n’y aura pas d’entrave.»

Moins cher qu’estimé

Les travaux de plusieurs mois coûteront 890 000 $. C’est un 33 % moins cher que ce que pensaient payer les autorités municipales qui avaient évalué le contrat à un peu plus de 1,3 million $. 

+

PONT BICKELL, PONT STADACONA, PONT LAVIGUEUR

Les travaux du pont Lavigueur coûteront 890 000 $.

Le pont enjambant la rivière Saint-Charles pour unir les quartiers Saint-Roch et Limoilou, dans le secteur de la Pointe-aux-Lièvres, était à l’origine fait de bois. Et il fallait payer pour le franchir.

Mais il n’était pas le premier lien entre les deux rives. Le «vieux pont» l’a précédé en 1789 à l’emplacement actuel du pont Drouin, raconte la Société historique de Québec dans une publication sur le Web. Les ponts Scott (1790) et Dorchester (1821) ont suivi.

L’ancêtre du pont Lavigueur est, lui, apparu plus tard en 1867. Il portait alors le nom de son commanditaire : William John Bickell. L’homme d’affaires avait obtenu l’autorisation de l’État d’installer une structure de bois pivotante et d’instaurer un péage.

«Beaucoup de ses ouvriers habitent en face, sur la rive gauche de la rivière, au point tel qu’il s’y formera bientôt une petite agglomération qui s’appellera Stadacona», écrit la Société historique de Québec. «En 1893, ce village se fusionnera avec les autres villages voisins pour constituer la municipalité de Limoilou. En 1909, avec l’annexion de Limoilou à la ville de Québec, le pont Bickell est municipalisé. En 1916, il est reconstruit en acier et à bascule pour permettre le passage des bateaux. Il est alors renommé Lavigueur en l’honneur du maire nouvellement en poste, Henri-Edgar Lavigueur.»

Le pont Bickell, aussi nommé pont Stadacona, après 1908

+

LAVIGUEUR, HENRI-EDGAR

Outre un pont à son nom, Henri-Edgar Lavigueur a aussi un escalier et une rue du quartier Saint-Jean-Baptiste. Maire de Québec et député libéral aux Communes, le politicien s’est notamment fait remarquer durant les émeutes contre la conscription de 1918, alors que des milliers de citoyens affrontent la police militaire. L’histoire se souvient de lui comme d’un pacificateur qui a calmé la foule. C’est, en outre, durant son administration que le réservoir d’eau potable est creusé sous les plaines d’Abraham, que le premier colisée de la capitale et le Palais Montcalm sont construits. Une fiche du Répertoire du patrimoine culture du Québec lui est consacrée.

Le pont Lavigueur, en 1945