La Congrégation pour les évêques, avec Mgr Marc Ouellet à sa tête, devra choisir le nouvel archevêque de Québec dans la liste de trois noms qui sera dressée par le nonce apostolique, l'émissaire de Rome.

Le cardinal Marc Ouellet serait papable

Bien qu'il ait affirmé à plusieurs reprises ne pas souhaiter devenir pape, le cardinal Marc Ouellet est pressenti pour le devenir, selon un observateur du Vatican. Un journaliste de Rome, spécialiste de l'information religieuse, s'est prêté à un exercice sur l'identité du prochain pape qui succédera à Benoit XVI.
«En somme, la métamorphose que connaît actuellement le catholicisme mondial est telle que - si l'on veut se livrer à un exercice d'école - l'éventuel futur pape qui y est le mieux adapté est aujourd'hui, sans l'ombre d'un doute, le cardinal Marc Ouellet», écrit Sandro Magister, en date du 10 juin, sur son site Web nommé Chiesa, qui aborde les questions touchant l'Église catholique et le Vatican.
«Âgé de 68 ans, multilingue, ce Canadien a été archevêque du Québec, l'une des régions les plus sécularisées du monde, c'est un très bon théologien de tendance ratzingérienne», poursuit-il dans son analyse.
«Un cauchemar»
Pourtant, dans une entrevue accordée en avril à Salt and Light TV, le cardinal Ouellet affirmait à nouveau ne pas souhaiter devenir pape, disant «ne pas se voir à ce niveau». Rencontré par Le Soleil lors de la réception qui a suivi la cérémonie de remise du pallium, à Rome en juin 2011, il avait avoué que «ce serait un cauchemar» et que ce serait «une responsabilité écrasante».
Le cardinal Marc Ouellet se trouve présentement à Dublin, en Irlande, pour le 50e Congrès eucharistique international, dont Québec avait été l'hôte en 2008. Il agit à titre de prélat pontifical, soit comme représentant du pape Benoit XVI.